Fabien "Néo" Devide : "Une grande fierté"

Fabien "Néo" Devide : "Une grande fierté"

Fabien Devide

samedi 29 décembre 2018 - 08:30 -

Avec l'eFoot de France, une nouvelle équipe tricolore est apparue en 2018. Fabien Devide, son sélectionneur, évoque ses débuts et ce projet.

Cette année 2018 a vu la création d’une nouvelle équipe de France. Sous l’impulsion de la FFF, l’eFoot de France a disputé ses premières rencontres internationales contre la Belgique, les Pays-Bas et la Norvège pour un bilan encourageant de deux victoires pour une défaite. Le sélectionneur Fabien Devide alias "Neo" revient sur cette année historique et fixe les objectifs pour l’année prochaine.

L’eFoot de France vient d’achever sa première année d’existence. Peux-tu nous rappeler comment ce projet est né ?

"C’est la FFF qui est à l’origine de la création de l’eFoot de France. Nous avons réalisé très vite que malgré nos deux univers différents, nous étions animés par une volonté commune : conserver les codes propres à l’e-sport et les intégrer aux valeurs de la FFF. Nous avons la chance d’avoir dans nos rangs des joueurs majeurs de la scène internationale. Par conséquent, nous ne pouvions pas nous contenter de faire de l’eFoot de France un simple produit. Que cela soit les joueurs ou moi, nous sommes très fiers de faire partie intégrante de la FFF". 

Quel a été ton sentiment au moment où tu as appris ta nomination au poste de sélectionneur ?

"La fierté évidement. Même si la surprise a peut-être été mon premier ressenti. Malgré tout, cela reste encore très inhabituel que l’e-sport et le sport "traditionnel" cohabitent pour un projet commun sur le long terme. Ensuite, je me suis rapidement mis au travail". 

Le fait d’être sélectionneur d’une équipe nationale entraîne-t-il une pression supplémentaire ?

"Pas forcément. Mes activités dans l’e-sport m’ont permis d’apprendre à gérer la pression, de faire avec. Par contre ce poste apporte une autre motivation, une envie de bien faire décuplée. Le titre mondial acquis par les Bleus cet été nous donne forcément un élan supplémentaire et surtout le désir d’atteindre la même excellence". 

Et pour tes joueurs ?

"Représenter son pays décuple tous les sentiments. La joie lors des victoires mais aussi la déception quand il y a défaite. Tout de suite j’ai senti une motivation différente lors du premier match contre la Belgique. Tous sont habitués à jouer des grands matchs dans des tournois importants mais représenter son pays apporte forcément une dimension supplémentaire". 

Comme tout bon sélectionneur tu évolues avec un adjoint, Brian, à tes côtés. Comment fonctionne votre binôme ?

"Dès que je me suis engagé dans le projet il était évident que Brian m’accompagne. Nous sommes complémentaires car nous apportons tous les deux des choses différentes aux joueurs. Mon expérience dans l’esport et le management me permet de plus intervenir dans la gestion du groupe. J’essaye aussi de collecter toutes les informations possibles sur nos futurs adversaires afin de briefer les joueurs. J’ai un rôle de chef d’orchestre. Brian s’investit plus dans la partie technique et stratégique. Il est un joueur d’un excellent niveau et connait donc parfaitement le jeu. Cela lui permet d’avoir un lien particulier avec les joueurs et donc de nous ajuster rapidement tactiquement. Il a toutes les cartes en main pour devenir dans un futur très proche un excellent manager". 

Comment juges-tu l’évolution de tes joueurs dans ce nouvel environnement au cours de l’année ?

"Dès la phase de sélection j’ai senti beaucoup d’implication dans le projet. Notre groupe est jeune mais tous se sont montrés très à l’écoute et conscients de ce que cela implique de représenter son pays. J’ai également apprécié l’évolution de notre vie en groupe, le désir d’échanger entre coéquipiers, de se soutenir. C’est une de nos forces. La combativité dont on a fait preuve contre les Pays-Bas et à certains moments contre la Norvège découle de cette qualité de vie en commun". 

Comment vois-tu la deuxième année de l’équipe de France eFoot ?

"Notre deuxième année commencera réellement avec le prochain camp de sélection. L’Équipe de France doit être accessible à tous et s’appuyer sur l’excellent vivier de joueurs que l’on a. Par rapport à l’année dernière le jeu a changé, les cartes sont donc totalement redistribuées. C’est une bonne chose. J’espère aussi disputer plus de matchs durant l’année, huit ou neuf. Participer à un tournoi international pourrait aussi être un défi intéressant".

 

LES ÉPISODES DE LA RÉTRO

Équipe de France - Didier Deschamps
Équipe de France - Hugo Lloris
Équipe de France Futsal - Pierre Jacky
Équipe de France Féminine - Corinne Diacre
Coupe Gambardella-CA - Yehvann Diouf (ES Troyes AC)
Arbitrage - Pascal Garibian
FFF - Noël Le Graët
Football féminin - Brigitte Henriques