Foot à l'École : le jury national à la FFF

Foot à l'École : le jury national à la FFF

Le jury national à la FFF

lundi 8 avril 2019 - 12:00 -

Le jury national de l'opération "Foot à l'École" était réuni lundi au siège de la Fédération Française de Football pour désigner les lauréats de l'édition 2018-2019.

L'opération "Foot à l'École" s'inscrit dans le cadre de la convention de partenariat signée le 3 mai 2014 et renouvelée le 28 mai 2018 avec le ministère de l'Éducation nationale, le ministère des Sports et les fédérations sportives scolaires, USEP et UNSS (Union Sportive de l'Enseignement du Premier degré et Union Nationale du Sport Scolaire).

Elle est ouverte aux classes de CE1 à CM2 de toutes les écoles de métropole et d'outre-mer, publiques et privées, et se constitue d'un double volet sportif et éducatif. En cette année de Coupe du monde féminine en France, la thématique retenue était "Football = une activité pour l'égalité".

Après avoir mobilisé 3 750 classes pour l'édition 2017-2018, le cap des 4 000 a été dépassé cette année. Réuni ce lundi 8 avril boulevard de Grenelle, le jury national a étudié 170 productions (vidéos, chansons, maquettes, sculptures) afin de désigner deux lauréats, qui seront conviés à une rencontre avec l'Équipe de France féminine, les 21 et 22 mai au CNF de Clairefontaine.

Réactions :

Benoît Lasnier, directeur national adjoint de l'USEP :
"Le thème de cette saison, en rapport avec le Mondial féminin 2019 en France, est très intéressant car c'est une formidable opportunité de travailler sur des thématiques de mixité avec des enfants de cet âge-là. Passé un certain âge, il peut y avoir une difficulté à faire jouer garçons et filles ensemble alors que c'est beaucoup plus aisé (et souhaitable) avec cette tranche d'âge. Faire du football un vecteur d'éducation pour l'égalité des sexes et contre les stéréotypes est une chance".

Christian Audeguy, chargé d'études sport au ministère de l'Éducation Nationale :
"Plus les années passent, plus la qualité des projets qui nous sont proposés est impressionnante. Si nous, en tant que jury, nous ne voyons que la partie culturelle, nous savons qu'il y a eu au minimum six séances de travail pour chaque classe avec une véritable émulation derrière chaque projet. C'est un projet collectif, d'envergure, qui bénéficie autant aux étudiants qu'aux enseignants".


Benoît Lasnier, Florian Bechon (FFF) et Christian Audeguy