Observatoire des comportements : bilan

Observatoire des comportements : bilan

Conf incivilité .jpg

jeudi 23 mai 2019 - 18:30 -

La FFF et l’Office nationale de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) ont présenté jeudi 23 mai à la FFF le bilan des violences et des incivilités dans le football amateur pour la saison 2017-2018.

En 2017-2018, 11 335 matches entachés d’incidents ont été recensés dans le football amateur, à la suite de violences ou d’incivilités. Rapporté au nombre de matches joués durant toute la saison (618 867), ces rencontres à incidents ont représenté seulement 1,8 % du total, un chiffre en légère augmentation (+ 0,2 %) par rapport aux saisons précédentes (1,6 % en 2016-2017).

Ce bilan est issu des statistiques de l’Observatoire des comportements, outil informatique qui permet à la FFF d’enregistrer et d’analyser les incidents constatés chaque saison sur les matches amateurs (jeunes, seniors, féminines, futsal...). Il a été présenté jeudi matin au siège de la Fédération par Pierre Samsonoff, directeur de la Ligue du Football Amateur (LFA), et Aurélien Langlade, responsable des études criminologiques à l’Office nationale de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Les auteurs des violences ou incivilités répertoriées sont majoritairement les joueurs (89 %), qui en sont aussi les principales victimes (57 %), suivis des arbitres (38 %). L’agression verbale (propos grossiers ou injurieux, menaces ou intimidations) est l’incident le plus recensé (49 %), devant l’agression physique (40 %, coups, brutalités, tentatives de coups, bousculades). La catégorie des U19-U18 masculins est la plus concernée en proportion, avec 3,4 % de matches entachés d’au moins un incident, devant les seniors (2,7 %).

Réalisé depuis 2006, le recensement des rencontres à incidents permet à la FFF d’entourer les matches dits "sensibles" de moyens de sécurité supplémentaires et de mieux orienter ses actions de prévention et de sensibilisation.

Pierre Samsonoff (directeur de la LFA) : "Pas de déni, ni d'explosion"

"Malgré une légère hausse des actes cette année, le phénomène reste marginal et contenu sur les dix dernières années. Il n'y a pas de phénomène d'explosion. C'est un sujet important et sérieux. L'enseignement majeur qu'on tire, c'est qu'il ne faut pas faire preuve de déni. Les phénomènes de violence existent. Ce que nous voulons, c'est pouvoir les quantifier précisément et en comprendre la portée réelle. Un autre enseignement que l'on tire, c'est à propos du foot U13. Il est primordial que les petits soient bien accueillis et encadrés. On voit que le taux d'incidents est anecdotique en U13, ça montre à la fois que les messages passent et que la fédération est capable d'offrir des garanties aux jeunes joueurs. Je pense essentiellement au Programme éducatif fédéral. L'esprit de ce programme, c'est que dans un club, en plus d'apprendre le football, on apprend aussi la vie en communauté. Une autre initiative, c’est le Carton Vert, qui vise à récompenser les gestes de fair-play observés sur les terrains, et fait participer les joueurs en les incitant à mettre en lumière les comportements positifs dont ils sont témoins. Il est important de valoriser aussi les comportements vertueux".