"Si je peux servir d'exemple..."

"Si je peux servir d'exemple..."

000_1IG0KP.jpg

samedi 13 juillet 2019 - 09:00 -

Stéphanie Frappart, l'arbitre internationale féminine, évoque sa Coupe du monde 2019, sa désignation pour la finale, et sa nomination en Ligue 1 pour la prochaine saison. 

Le 23 juillet prochain, Stéphanie Frappart sera en stage au CNF Clairefontaine avec les autres arbitres de Ligue 1 rassemblés par la Direction technique de l'arbitrage (DTA), afin de préparer le coup d'envoi de la saison, programmé le samedi 10 août. L'arbitre internationale française, native d'Herblay (Val-d'Oise), qui prend quelques jours de vacances, revient sur son parcours lors de la Coupe du monde féminine, jusqu'à la finale, et sur sa nomination en Ligue 1 par le Comité exécutif de la FFF.

Une Coupe du monde et une finale au bout : comment avez-vous vécu ces moments forcément particuliers ? 

"Comme tout sportif de haut niveau, joueur ou entraîneur, un arbitre a toujours l'objectif d'aller le plus loin possible dans une compétition. Ce tournoi a été assez long, nous avons été réunies le 29 mai, sans oublier toute la préparation. Elle a commencé dès 2015, il y a eu des stages, des tournois, beaucoup de travail. Les arbitres ont été officiellement désignées en décembre 2018, par la FIFA, nous avons été très bien accompagnées, physiquement, techniquement, formées à l'assistance vidéo, et aussi de mon côté avec la DTA, pour être réellement la vingt-cinquième équipe du Mondial". 

Arbitrer en Coupe du monde et en France, cela doit être spécial...

"J'avais l'expérience de la Coupe du monde 2015, au Canada. Mais là, j'ai pu vivre la montée de l'engouement de l'intérieur. Cet événement a été formidable pour le football féminin. Cela a fait chaud au cœur de voir toute cette ambiance dans les stades. En tant que Française, je savais que je serai un peu attendue et observée, mais je n'ai pas vécu ça comme une pression supplémentaire. La pression est toujours là".

La finale, vous y pensiez en préparant ce Mondial, ou au fil des tours ? 

"Le premier objectif, c'est d'abord le premier match. Il s'agit de bien rentrer dans la compétition, de faire le moins d'erreurs possibles pour pouvoir continuer. Et ensuite, on prend les matches un par un, on se concentre sur le présent. À la différence des joueuses, nous ne connaissions que quarante-huit heures à l'avance notre prochaine destination. On attendait dans notre camp de base de Paris et on s'entraînait tous les jours à l'INSEP. Je savais aussi que mon parcours dépendait de celui de l'Équipe de France". 

Et quand la désignation arrive, deux jours avant ? 

"On le vit comme une reconnaissance, une fierté, partagées avec Manuela Nicolosi (photo ci-dessus, à gauche), mon assistante, avec laquelle je fais équipe depuis plusieurs années. Je n'oublie pas mon autre assistante sur ce Mondial, l'Irlandaise Michelle O'Neill (photo ci-dessus, à droite). On accueille la nouvelle avec beaucoup de sérénité également, on sait que cela sera un match important, avec beaucoup de public, beaucoup de médias les yeux braqués sur vous. On savoure les moments qui précèdent et ceux qui suivent, et pendant la rencontre on est à 100 % sur son arbitrage." 

Cette année est aussi dominée par votre nomination en Ligue 1, une première pour une arbitre centrale féminine en France. 

"C'est la récompense d'un travail, de tout ce que l'on a mis œuvre pour se donner les moyens de réussir. On sait que plus l'on progresse dans la hiérarchie et plus la pyramide se resserre. Mon objectif aujourd'hui consiste à bien m'intégrer dans ce groupe des arbitres de Ligue 1, comme je l'ai fait en Ligue 2 auparavant. Et puis à réussir cette première saison dans l'élite, en sachant que je vais être regardée et que l'on sera peut-être moins indulgent à l'égard d'une femme que d'un homme".

Pensez-vous que votre réussite peut donner un coup d'accélérateur à l'arbitrage féminin dans l'Hexagone ? 

"Ce qui est bien, déjà, c'est que ce cette Coupe du monde a permis de montrer au grand public, aux jeunes, que des femmes pouvaient occuper le rôle d'arbitre au haut niveau. Après, si je peux servir d'exemple ou de modèle, ce serait une autre satisfaction. Il y a déjà plus d'arbitres féminines qu'hier (1 040 au 30 juin 2019, nldr) J'espère que cet élan va se poursuivre". 

Avant d'arbitrer la finale États-Unis-Pays-Bas (photo ci-dessus), Stéphanie Frappart a dirigé trois autres matches de la Coupe du monde féminine : Argentine-Japon (1er tour), Pays-Bas-Canada (1er tour) et Allemagne-Suède (quart de finale). 

Son palmarès

- Coupe de France 2011 (finale, Montpellier HSC-AS Saint-Étienne)
- Trophée UNFP de meilleure arbitre de D1 féminine 2014

- Coupe du monde féminine 2015 au Canada (demi-finale, 4e arbitre)
- Tournoi féminin des Jeux olympiques 2016 à RIo
- Championnat d'Europe féminin 2017 aux Pays-Bas (demi-finale, Pays-Bas-Angleterre)
- Coupe du monde féminine U20 2018, en France (finale, Japon-Espagne)
- Coupe du monde féminine 2019, en France (finale, États-Unis-Pays-Bas)