La FFF s'engage pour protéger ses licenciés

La FFF s'engage pour protéger ses licenciés

Convention.jpg

vendredi 4 octobre 2019 - 22:55 -

Deux conventions visant à protéger davantage les jeunes licencié(e)s ont été signées vendredi au siège de la Ligue Centre-Val de Loire, à Orléans. Elles concrétisent un engagement important de la FFF.

Ce vendredi 4 octobre, le siège de la Ligue Centre-Val de Loire, à Orléans, a accueilli la signature d'une convention régionale entre la ligue et la Préfecture. Cette dernière a pour but de contrôler automatiquement l’honorabilité des éducateurs bénévoles, présidents, trésoriers et secrétaires des clubs, afin de protéger les enfants des violences sexuelles dans le milieu sportif. Cette expérimentation, unique en France et menée en partenariat avec le ministère des Sports, confirme la prise de conscience par la FFF de sa responsabilité sociale, mais aussi de la Ligue Centre-Val de Loire qui sera site-pilote.

Cette signature a eu lieu en présence du préfet de la région Centre-Val de Loire et du Loiret, Pierre Pouëssel, de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, du président de la Ligue Centre-Val de Loire, Antonio Teixeira, et de Marie Barsacq, membre du Comité exécutif de la FFF, qui représentait Noël Le Graët (photo ci-dessus, de gauche à droite). Le Directeur Technique National Hubert Fournier était également présent (photo ci-dessous).



La ministre des Sports a notamment rappelé que "chaque club avait la responsabilité d'offrir un cadre sécurisé à ses adhérents. Les trois axes de ce plan sont de renforcer la prévention, lutter contre les violences et protéger les enfants. Pour cela, nous allons nous appuyer sur deux piliers : la sensibilisation des acteurs et un outil de contrôle." De son côté, Marie Barsacq a souligné que "la collaboration avec l'État est la clé de la réussite. Cette expérimentation va être menée tout au long de la saison. Le sujet de la protection de l'enfance est essentiel pour la FFF."


 

AVEC LE COMITÉ ÉTHIQUE ET SPORT

Dans le prolongement de cette présentation, un contrat de collaboration entre la Fédération Française de Football et le Comité Éthique et Sport (CES) a été entériné par Marie Barsacq et Véronique Lebar, présidente de l'association (photo ci-dessus). Une association qui bénéficie d’une expertise dont la FFF a aujourd'hui besoin pour mieux accompagner les clubs et les licenciés dans la lutte contre les maltraitances et les discriminations, ce qui constitue le coeur de l'activité du comité.

Ce contrat prévoit notamment la valorisation de la ligne d’écoute du CES auprès des licenciés (01 45 33 85 62, numéro gratuit d'écoute pour les victimes), des interventions dans des clubs-pilotes, mais aussi la co-construction d’outils pédagogiques complémentaires aux premiers travaux menés dans le cadre du Programme Éducatif Fédéral (PEF). Cette collaboration, qui existe depuis plus d’un an, a donc permis la création de fiches pédagogiques au sujet des maltraitances. Ces dernières seront progressivement mises à disposition de tous les clubs de la FFF via les ligues et les districts.



Elles seront adressées prochainement aux 5 600 clubs disposant d’équipes de jeunes. Les affiches PEF seront elles distribuées fin octobre dans les Ligues et les Districts, puis dans les clubs. En marge de la cérémonie avec la Ministre des Sports, la FFF profite donc de ce moment pour annoncer la création d’outils complémentaires à disposition des clubs, mais aussi la prise en charge d’interventions. Cette signature symbolise l’engagement global de la FFF en matière de protection de l’enfance.

Convention Ligue-Préfecture, mode d'emploi

Le 16 novembre 2018, la ministre des Sports a annoncé, lors d’une table ronde relative à la sensibilisation aux violences sexuelles et au bizutage dans le milieu sportif, la mise en place expérimentale d’un "système permettant de filtrer les bénévoles" en complément du renforcement des actions de formation des éducateurs sportifs et des jeunes athlètes dans les clubs, pôles et établissements.

Si les éducateurs sportifs titulaires d’une carte professionnelle font l’objet de contrôles systématiques, réalisés annuellement, par une consultation automatisée du bulletin N°2 du casier judiciaire et du FIJAISV*, il en est autrement pour les éducateurs sportifs bénévoles pour lesquels la vérification du respect de cette obligation légale n’est pas systématique.

Afin de proposer un cadre systématisé et automatisé qui permettrait d’offrir aux fédérations un service de contrôle de l’honorabilité de l’ensemble des éducateurs sportifs bénévoles ainsi que des exploitants d’établissements d’activités physiques et sportives (EAPS), le ministère des Sports et la Fédération Française de Football ont exprimé leur volonté commune de lancer une expérimentation dès le mois d’octobre dans la région Centre-Val de Loire.

Cette expérimentation permettra de vérifier les conditions dans lesquelles cette offre de service pourrait être proposée plus largement aux fédérations sportives. Il s’agira notamment d’évaluer la charge administrative induite pour le mouvement sportif ainsi que pour les services de l’État, et d’identifier les éventuels points de difficulté rencontrés ainsi que les leviers à mobiliser dans l’objectif d’une extension plus large du contrôle.

*Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes.