29 MARS 1978, finale européenne en vue pour Bastia

29 MARS 1978, finale européenne en vue pour Bastia

000_CM229.jpg

dimanche 29 mars 2020 - 08:30 -

Grâce à ses deux buts inscrits à l’extérieur, le club corse a largement atténué l’effet de sa défaite à Zurich en demi-finale aller. La finale de la Coupe de l’UEFA lui tend les bras.

Créée en 1955 à l’initiative des journalistes de L’Équipe, la Coupe d’Europe ne sourit guère aux clubs français. L’aventure a commencé avec la Coupe des Clubs champions, ancêtre de la Ligue des Champions. En 1960, une seconde épreuve a vu le jour avec la Coupe des vainqueurs de Coupe. Puis  une troisième en 1971, la Coupe de l’UEFA, qui prend le relais de la Coupe des villes de foires.

À l’orée de la saison 1977-1978 ponctuée par la participation de l’Équipe de France à la phase finale de la Coupe du monde, une première depuis 1966, seuls le Stade de Reims (en 1956 et 1958) et l’AS Saint-Étienne (en 1976) sont parvenus à se hisser en finale d’une coupe européenne, sans parvenir à s’imposer. C’est dire si les exploits tricolores se font rare…

Engagé en Coupe de l’UEFA en 1977-1978 après s’être classé troisième de Division 1 la saison précédente, le Sporting Étoile Club de Bastia va dessiner tour après tour une formidable épopée. La France va alors se prendre de tendresse pour cette équipe insulaire et son maillot bleu à la tête de Maure. 

En 32es de finale, les Corses font chuter le Sporting de Lisbonne (3-2 à l’aller à Furiani, 2-1 au retour au Portugal). En 16es, ils se paient Newcastle (2-1 à l’aller à Furiani, 3-1 au retour en Angleterre). En 8es se dressent sur leur route le Torino et sa pléiade d’internationaux italiens. Les Bastiais s’imposent 2-1 chez eux à l’aller et 3-2 dans le Piémont au retour. En quarts, ils atomisent FC Carl Zeiss Iéna sur leurs terres (7-2) si bien que la défaite au retour (2-4) en Allemagne de l’Est n’est qu’une anecdote sans conséquence.

Papi, ce héros

Huit matches, sept victoires et une défaite… Le SECB a largement mérité sa place dans le dernier carré face aux Grasshoppers de Zurich. Pour la première fois, il recevra au retour. Son objectif, le 29 mars 1978, consiste donc d’abord à préserver au maximum ses chances de qualification. Quand l’arbitre irlandais, M. John Carpenter, siffle le coup de sifflet final, les Bastiais ne lèvent pas les bras au ciel mais ils rentrent au vestiaire avec le sentiment du devoir accompli.

Dans un stade qui a fait le plein pour soutenir les sauterelles, les hommes de Pierre Cahuzac ont d’abord eu le mérite de ne pas se laisser impressionner.  Abdelkrim Merry Krimau, idéalement servi par Félix Lacuesta plein axe, a ouvert la marque (18e).  Heinz Hermann (22e) et Raimondo Ponte (31e sur penalty) ont redonné l’avantage aux Suisses mais Claude Papi, également sur penalty, a inscrit son sixième but de la saison en Coupe de l’UEFA (37e). Après le but de la tête de Francis Montandon (54e) à la suite d’un corner, Bastia, bien que largement dominé, a su ne pas sombrer en seconde période.

La défaite 2-3 ne paraît pas rédhibitoire. En vertu d’une règle érigée pour la Coupe des vainqueurs de Coupe 1965 et étendue à toutes les compétitions européennes en 1969, qui exige que tous les buts marqués à l’extérieur comptent double en cas d’égalité à l’issue du match retour, Bastia serait qualifié avec un succès 1-0 ou 2-1 à Furiani.

Le 12 avril, à la 67e minute, Claude Papi inscrit le seul but de la manche retour, envoyant Bastia en finale de la Coupe de l’UEFA face au PSV Eindhoven. Une performance exceptionnelle quand on jette un œil sur le pedigree des participants, parmi lesquels le Bayern Munich, le FC Barcelone, l’Inter Milan ou Manchester City.

La fiche technique

Grasshoppers Zurich - SEC Bastia : 3-2 (2-2)

Arbitre : M. Carpenter (IRL)

Buts pour Grasshoppers Zurich : Hermann 21e, Ponte 30e (s.p.), Montandon 54e.  Buts pour Bastia : Krimau 18e, Papi 37e (s.p.).

Avertissements pour Grasshoppers Zurich : Becker (78e).
Avertissements pour Bastia : Guesdon (73e), Lacuesta (89e).

Grasshoppers Zurich : Berbig - Niggl, Hey, Montandon, Becker - Wehrli, Hermann, Meyer - Sulser (Bosco 77e), Ponte, Elsener. Entraîneur : H. Johannsen.

SEC Bastia : Hiard - Cazes, Orlanducci, Guesdon, Marchioni - Lacuesta, Krimau, Papi - Rep, Félix, Mariot (Larios 54e). Entraîneur : P. Cahuzac.