19 avril 2015, le Lycée Sacré-Cœur... sacré !

19 avril 2015, le Lycée Sacré-Cœur... sacré !

Rétro-19 avril.jpg

dimanche 19 avril 2020 - 08:30 -

Il y a cinq ans jour pour jour, les joueuses du Lycée Sacré-Cœur de Saint-Brieuc remportaient le Championnat du monde de football scolaire au Guatemala. Une première.

Décrocher un diplôme durant sa scolarité récompense le travail et l’investissement de tout élève. Soulever un trophée représente le but ultime de tout sportif. Alors atteindre ces deux objectifs en même temps procure forcément un bonheur indescriptible. Cet état de grâce, les Bretonnes du Lycée Sacré-Cœur de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) l’ont vécu le 19 avril 2015 en remportant le Championnat du monde scolaire organisé par l’International School Sport Fédération (ISF). Une première pour la France, qui avait échoué en finale deux ans plus tôt face à la Finlande, à Bordeaux, avec le Lycée Jean-Mermoz de Montpellier.

Élèves de la section sportive du Lycée Sacré-Cœur la semaine, puis joueuses des U19 Féminines de l’EA Guingamp le week-end, les jeunes Bretonnes ont réalisé un parcours sans faute pour décrocher le titre mondial.

Copies parfaites

Championnes de France UNSS en janvier, les Costarmoricaines avaient obtenu le droit de représenter la France lors de la phase finale organisée trois mois plus tard au Guatemala. Onze équipes, réparties en deux poules, avaient la ferme intention de décrocher le diplôme mondial. Les Françaises ont tout d’abord rendu un devoir au-dessus de la moyenne en phase de poules en donnant la leçon au Danemark (2-0), à la République Dominicaine (9-0), au Guatemala « B » (9-0), puis en partageant les points avec les Brésiliennes (1-1).

21 buts inscrits, 1 seul encaissé, les Briochines sont admises avec les encouragements après ce premier examen de passage. Taïwan, le mercredi en quart de finale, puis la Finlande, le vendredi en demi-finale, figurent ensuite parmi les devoirs à rendre dans le cahier de texte des Tricolores. En respectant à la lettre les consignes inscrites au tableau noir des entraîneurs Franck Loas, leur professeur d’EPS, et Nicolas Delépine, leur entraîneur de l’EAG, les dix-huit Bleuettes rendent deux copies parfaites (3-0 et 1-0). Et s’ouvrent les portes de la finale.

Reçues à l'Élysée

Le grand oral a lieu le dimanche 19 avril au stade Mario Camposeco de la ville de Quetzaltenango, appelée aussi Xela et perchée à 2 300 mètres d’altitude. Face au Guatemala, en manque d’oxygène et devant près de 10 000 spectateurs acquis à la cause de la Bicolor, les coéquipières de la capitaine Jeanne Penard peinent offensivement, mais brillent défensivement (0-0 au terme des deux périodes de trente minutes). Il faut attendre la séance des shoots out (face-à-face avec la gardienne depuis le milieu de terrain, dans un temps imparti de 15 secondes pour marquer) -et non des tirs au but- pour connaître le nom du lauréat. La France s’illustre et s’impose 3-1 dans cet exercice inédit, sous le regard médusé du jury.

Meilleure attaque, meilleure défense et invaincues : le bilan des Françaises frôle l’excellence, digne des plus grands Majors de promotion. L’attaquante Jeanne Dolain, avec cinq buts en sept rencontres, est sacrée dans le même temps meilleure buteuse du tournoi.

En décrochant ce premier titre mondial, le Lycée Sacré-Coeur entre ainsi dans l’histoire du football français. La remise des diplômes des Briochines se poursuivra les jours suivants dès leur retour en France, accueillies par plus de 200 personnes en gare de Saint-Brieuc, avant d’être invitées à l’Élysée par François Hollande. Toutes reçues avec les félicitations. Mention très bien.

PARCOURS

► Match de poule à San Felipe (Estadio municipal) :

FRANCE - DANEMARK : 2-0
Buts : Samia Fikri (x 2)

► Match de poule à Retalhuleu (Oscar Monterroso) :

FRANCE - RÉPUBLIQUE DOMINICAINE : 9-0
Buts : Jeanne Dolain (x 2), Laure Dupré (x 2), Océane Rogon, Nahida Toufiqui (x 2), Samia Fikri, Pauline Charlemagne.

► Match de poule à San Sebastian (Las Morenas) :

FRANCE - BRÉSIL : 1-1
But : Jeanne Dolain.

► Match de poule à Quetzaltenango (Stade Mario Camposeco) :

FRANCE - GUATEMALA "B" : 9-0

Buts : Marjorie Barre (x 2), Océane Rogon (x 2), Ella Palis, Jeanne Penard, Nahida Toufiqui, Pauline Charlemagne, Jeanne Dolain.

► Quart de finale :

FRANCE - TAÏWAN : 3-0
Buts : Jeanne Dolain, Nahiba Toufiqui, Jeanne Penard (s.p.).

► Demi-finale :

FRANCE - FINLANDE : 1-0
But : Samia Fikri.

► Finale dimanche 19 avril 2015 à Quetzaltenango (Stade Mario Camposeco) :

GUATEMALA - FRANCE : 0-0 (1-3, shoots out)

Les dix-huit championnes du monde : Lise Davy, Lea Abadou, Marjorie Barre, Ella Palis, Julie Tancray, Jeanne Penard, Lucie Keranflec’h, Océane Rogon, Jeanne Dolain, Laure Dupré, Pauline Charlemagne, Albane Navicet, Lou Zeggai, Samia Fikri, Thipanie Bringault, Adelie Fourre, Nahida Toufiqui, Romane Le Verge. Entraîneurs : Franck Loas et Nicolas Delepine.

Parmi les 18 médaillées, Océane Rogon…

Parmi les dix-huit médaillées figurait Océane Rogon. Originaire de Plaintel (Côtes-d’Armor), Océane était licenciée au sein du club local dès l’âge de 6 ans. Elle y est restée durant neuf saisons, avant prolonger sa progression à l’En Avant Guingamp. Très prometteuse et très appréciée de ses dirigeants, entraîneurs et coéquipières, Océane, qui évoluait au poste de défenseure, a été appelée en équipe de France U19. Malheureusement, elle a succombé à une longue maladie, le 27 novembre 2018. Sa disparition avait provoqué une très vive émotion au sein de la famille du football. On se souvient notamment de l’hommage que son club lui avait rendu lors de la rencontre du championnat de France de Ligue 1 face à l’OGC Nice, au stade de Roudourou, le 1er décembre 2018.