3 mai 2016, Si tu vas à Rio…

3 mai 2016, Si tu vas à Rio…

1200x1200_PostFB-Gene.jpg

dimanche 3 mai 2020 - 08:30 -

La bonne nouvelle tant espérée tombe enfin en ce début mai 2016. Deux arbitres français, Stéphanie Frappart et Clément Turpin, sont désignés pour les Jeux olympiques de Rio.

Aucun représentant aux Jeux olympiques de 2012 à Londres, pas plus à la Coupe du monde 2014 au Brésil. En ce printemps 2016, l’arbitrage français, incontestablement dans une phase de transition, attend avec impatience les désignations pour les deux événements majeurs de l’année : le championnat d’Europe en France et les Jeux olympiques de Rio. Il guette notamment un successeur à Stéphane Lannoy, dernier officiel tricolore en vue au très haut niveau (demi-finale de l'Euro 2012).

Une première bonne nouvelle était tombée en avril avec la nomination de Clément Turpin pour l’Euro dans l'Hexagone (il en est le plus jeune officiel). La deuxième provient début mai de Zurich, siège de la FIFA qui officialise la présence au Brésil du même Clément Turpin et de Stéphanie Frappart, ainsi que celle de leurs fidèles assistants Frédéric Cano, Nicolas Danos et Manuela Nicolosi.


Stéphanie Frappart dirige Brésil-Afrique du Sud (0-0), le 9 août 2016 à Manaus, l'un de ses deux matches des Jeux de Rio - Photo Raphaël Alves/AFP

Fière, la FFF voit dans ces désignations une récompense de sa politique en faveur des jeunes arbitres. "Cela montre que Stéphanie Frappart, qui a arbitré le Mondial féminin en 2015 au Canada, a maintenant une carte de visite importante. Et Clément Turpin est un arbitre qui grimpe. Ce sont deux jeunes centraux, ils symbolisent l’arbitrage français qui a un bel avenir devant lui", se félicite Noël Le Graët, qui avait fait du retour de l'arbitrage français au premier plan international un objectif prioritaire à son arrivée à la présidence de la Fédération en juin 2011.

Sous son impulsion, l’arbitrage tricolore a opéré sa mue sous l'effet d'une réforme en profondeur de sa gouvernance mise en oeuvre en 2013. La nouvelle politique, pilotée de concert par Éric Borghini, président de la Commission fédérale d’arbitrage (CFA) et Pascal Garibian, directeur technique de l’arbitrage (DTA), vise notamment à accélérer la promotion des talents émergents. Depuis 2011, de nouvelles têtes apparaissent en Ligue 1 et Ligue 2. Clément Turpin et Stéphanie Frappart en sont les fers de lance. Respectivement âgés de 34 et 32 ans, leur marge de progression à l’échelon international demeure importante à l’orée de l’été 2016.


Clément Turpin a découvert les JO à 34 ans. Il a succédé à Stéphane Lannoy, dernier arbitre français désigné pour les Jeux (Pékin, 2008) - Photo Adrian Dennis/AFP

Que peuvent-ils espérer du côté du Brésil ? Emmagasiner de l’expérience et livrer des prestations sans fausse note. Mission accomplie. Le Bourguignon et la Parisienne officient chacun lors de deux matches de poule : Nigeria-Japon (5-4) et Corée du Sud-Mexique (1-0) pour le premier, Canada Australie (2-0) et Brésil-Afrique du Sud (0-0) pour la seconde. "J’étais très contente de pouvoir participer à un événement aussi grandiose, en plus au Brésil, le pays du football ", se remémore Stéphanie Frappart.

Les deux arbitres tricolores ont fait de leur aventure olympique un marchepied vers les sommets. Trois saisons après Rio, ils dirigent les plus grandes rencontres internationales. Finale de la Coupe du monde féminine (États-Unis-Pays-Bas) et de la Supercoupe de l'UEFA masculine (Chelsea-Liverpool) en 2019 pour Stéphanie Frappart, également première centrale à être promue en Ligue 1 ; Coupe du monde 2018, demi-finale aller de la Ligue Europa (Arsenal-Valence) et de la Ligue des Nations en 2019 (Pays-Bas-Angleterre) pour Clément Turpin. Avec eux, l’arbitrage français a retrouvé des couleurs.

La Rétro du football français