13 mai 1978, Coupe à cœur et dix de der

13 mai 1978, Coupe à cœur et dix de der

Web main_FFF009000043_0173.jpg

mercredi 13 mai 2020 - 08:30 -

L’AS Nancy-Lorraine et son capitaine Michel Platini remportent leur première et seule Coupe de France, en une année fondatrice pour le football français.

La finale de la 61e Coupe de France, le 13 mai 1978 au Parc des Princes, s’annonce indécise entre deux équipes qui ont terminé le championnat dans les mêmes eaux, l’AS Nancy-Lorraine (6e) et l’OGC Nice (8e). Les Niçois ont la faveur des pronostics, après un solide parcours : quatre équipes majeures de D1 sorties (Paris Saint-Germain, FC Metz, FC Nantes et AS Monaco), après le SA Spinalien (D2) en 32es.

Nancy a battu des formations de moindre calibre : l'ASPV Strasbourg et le Stade Briochin (D3), le FC Martigues (D2), l'US Valenciennes et le FC Sochaux (D1). Cette finale est une première pour les Lorrains, éliminés deux saisons auparavant en demi-finale par l’Olympique de Marseille (4-1). Face à eux, les Azuréens escomptent un troisième succès près d’un quart de siècle après les précédents (1952, 1954).


L’échange des fanions entre les deux capitaines, Jean-Marc Guillou et Michel Platini, sous les yeux de l'arbitre international français Achille Verbeke.

Nice s’appuie aussi sur l’expérience de ses internationaux : le gardien Dominique Baratelli, les milieux Jean-Marc Guillou, Jean-Noël Huck et Roger Jouve, et les Yougoslaves Josip Katalinski et Nenad Bjekovic. Nancy leur oppose une jeune garde montante et soudée, mais dont seuls trois joueurs ont porté depuis peu le maillot bleu : le défenseur central Carlos Curbelo, l’ailier Olivier Rouyer et le facteur X… Michel Platini, futur n° 10 emblématique mais porteur du n° 9 ce soir-là.


Michel Platini présente ses coéquipiers au président le République Valéry Giscard d’Estaing devant Fernand Sastre, président de la FFF.

Formé à l’AS Jœuf, sa ville natale, il est devenu la pièce maîtresse de Nancy, qu’il a rejoint en 1972. Sans titre majeur jusqu’alors, le club lorrain va remporter avec lui le championnat de France de D2 1975 et retrouver ainsi l’élite, une D1 terminée au 4e rang en 1977. Et voilà que se profile, au terme de la saison suivante, l’opportunité de conquérir un premier grand trophée...

Dans un match fermé, Guillou (devançant ci-dessus le stoppeur de Nancy Pierre Neubert) et Platini (surveillé par le défenseur niçois Henri Zambelli) vont se croiser en première période, sans qu’aucun d’eux ne soient décisifs (0-0 à la mi-temps).

Nancy va trouver l’ouverture en seconde période sur un renversement de jeu, avec Platini à la conclusion au cœur de la défense niçoise (Katalinski, Dominique Morabito, Zambelli au sol et Robert Barraja, de gauche à droite).

À la réception d’un centre de Francisco "Paco" Rubio, le capitaine nancéen réalise aux abords des six mètres un enchaînement dont il a le secret pour tromper Baratelli, du plat du pied sur un poteau rentrant (1-0, 57e).

Plus rien ne sera marqué, l’AS Nancy-Lorraine et Michel Platini remportent leur première Coupe de France.

C’est la seule Coupe de France gagnée à ce jour par Nancy et l’unique* du futur capitaine des Bleus, champion d’Europe 1984 et triple Ballon d’or. Baratelli, Guillou, Platini et Rouyer disputeront ensemble deux semaines après cette finale la Coupe du monde en Argentine sous le maillot bleu, signant le retour de l’Équipe de France sur la scène mondiale.

*Deux finales perdues avec l’AS Saint-Étienne, 1981 contre le SEC Bastia (2-1) et 1982 face au Paris Saint-Germain (2-2, 6-5 tab), cette dernière en dépit d’un doublé.

La rétro du football français

Les finalistes

AS Nancy-Lorraine : Jean-Michel Moutier - Jacques Perdrieau puis Jean-Pierre Raczynski (79e), Pierre Neubert, Carlos Curbelo, Jean-Claude Cloët - Bernard Caron, Philippe Jeannol, Francisco Rubio - Olivier Rouyer, Michel Platini (cap), Fathi Chebel.
Entraîneur : Antoine Redin.

OGC Nice : Dominique Baratelli - Dominique Morabito, Henri Zambelli, Josip Katalinski, Robert Barraja - Christian Cappadona puis Nambatingue Toko (75e), Jean-Marc Guillou (cap), Roger Jouve, Jean-Noël Huck - Nenad Bjekovic, Daniel Sanchez.
Entraîneur : Léon Rossi.