12 juin 1984 et 1998 : heureux présages

12 juin 1984 et 1998 : heureux présages

Equipe de France 1998

vendredi 12 juin 2020 - 08:30 -

Les 12 juin 1984 et 1998, les Bleus ouvrent avec succès le championnat d'Europe 1984 et la Coupe du monde 1998, en France. Comme deux heureux présages...

Les deux événements se sont produits un 12 juin. À quatorze années d'intervalle certes, mais la coïncidence est tout de même remarquable. Pour ceux qui aiment les "signes" en tout cas. Ceux que le destin envoie parfois ? Qui sait...

Ainsi le mardi 12 juin 1984, les Bleus ouvrent l'Euro organisé dans l'Hexagone par une victoire (1-0), courte mais précieuse, contre le Danemark au Parc des Princes. Ils seront sacrés champions d'Europe deux semaines plus tard devant l'Espagne. Leur premier titre. Historique !

Ainsi le vendredi 12 juin 1998, les Bleus lancent "leur" Coupe du monde en France par un succès (3-0), net et essentiel, face à l'Afrique du Sud. Ils deviendront champions du monde un mois plus loin contre le Brésil. Leur première couronne mondiale. Fabuleux !

Championnat d'Europe de l'UEFA 1984 - France-Danemark (1-0)

Disputée en ouverture de l'Euro, cette opposition entre Français et Danois tourne rapidement au "choc". En témoigne, la blessure du capitaine danois Allan Simonsen (fracture à une jambe) dans un duel engagé avec le défenseur tricolore Yvon Le Roux (44e). Ou l'exclusion de Manuel Amoros, coupable d'un coup de tête volontaire sur un joueur scandinave (87e). En témoignent aussi, les 78 minutes nécessaires aux Bleus de Michel Hidalgo pour venir à bout de leur adversaire. Il faut un coup de patte de Michel Platini, d'une reprise aux vingt mètres face au but, pour délivrer l'Équipe de France, le Parc des Princes et le pays entier. L'Euro est lancé, les Bleus aussi, tirés par un "maestro" en état de grâce. Rien ne les arrêtera plus.

Le onze tricolore de départ pour France-Danemark. En haut (de gauche à droite) : Manuel Amoros, Yvon Le Roux, Patrick Battiston, Maxime Bossis, Joël Bats, Luis Fernandez. En bas : Bruno Bellone, Bernard Lacombe, Alain Giresse, Michel Platini (cap.), Jean Tigana. (Photo AFP).


Les Vikings danois ont confirmé dans cette rencontre leur réputation d'adversaires coriaces, mettant régulièrement Joël Bats en danger, comme ici leur attaquant et capitaine Allan Simonsen. (Photo AFP).


Manuel Amoros poursuivi par un joueur danois. Le défenseur latéral gauche monégasque sera expulsé en fin de match, victime de son tempérament trop fougeux. Suspendu, il jouera tout de même quelques minutes de la finale contre l'Espagne. (Photo AFP).

Coupe du monde de la FIFA, France 1998 - France-Afrique du Sud (3-0)

Depuis sa désignation par la FIFA, en juillet 1992, la France attendait ce moment : le premier match des Bleus lors de la Coupe du monde que le pays accueille, soixante années après avoir reçu le Mondial 1938. Leur premier match de Coupe du monde depuis 1986, aussi. La veille, le Brésil, tenant du trophée, a ouvert la compétition contre l'Écosse (2-1), au Stade de France. C'est à Marseille, au stade Vélodrome, que les joueurs d'Aimé Jacquet inaugurent leur parcours dans leur groupe, contre l'Afrique du Sud. Ils connaissent l'importance de cette entrée en matière et ne la ratent pas. Trois buts de Christophe Dugarry, Pierre Issa contre son camp et Thierry Henry donnent aux Tricolores le bon élan. Ils les enverra sur le toit du monde.


L'Équipe de France alignée par Aimé Jacquet pour ouvrir "son" Mondial contre l'Afrique du Sud. En haut (de gauche à droite) : Stéphane Guivarc'h, Laurent Blanc, Lilian Thuram, Marcel Desailly, Emmanuel Petit, Zinédine Zidane. En bas : Thierry Henry, Youri Djorkaeff, Didier Deschamps (cap.), Bixente Lizarazu. (Photo Gabriel Bouys/AFP).


Entrée en jeu gagnante pour Christophe Dugarry. Neuf minutes après avoir remplacé Stéphane Guivarc'h, blessé, l'attaquant des Bleus et de l'OM ouvre le score devant son public (1-0, 35e). (Photo Patrick Hertzog/AFP).


Malgré une résistance courageuse, les Bafana Bafana sud-africains rompent une deuxième fois en fin de match, Pierre Issa (alors défenseur à l'OM) trompe son propre gardien en voulant intervenir sur une tentative de Youri Djorkaeff (2-0, 78e). (Photo Georges Gobet/AFP).


Dans le temps additionnel, Thierry Henry parachève le succès français (3-0, 90e + 2). Le jeune attaquant de l'AS Monaco signe le premier de ses 51 buts tricolores (reoord). (Photo Gabriel Bouys/AFP).

La rétro du football français

12 juin 2005 : Corinne Diacre, clap de fin

Le 12 juin 2005, l'Équipe de France féminine quitte le championnat d'Europe, organisé en Angleterre (5-19 juin), au terme de ses trois matches de la phase de groupes. D'abord victorieuses de l'Italie (3-1) en ouverture, puis auteures d'un nul avec la Norvège (1-1), les joueuses d'Elisabeth Loisel sont éliminées de la compéition à la suite d'une défaite (0-3) contre l'Allemagne, tenante du titre, à Warrington. Avec quatre points, elles sont devancées pour la deuxième place (qualificative pour les demi-finales) par les Norvégiennes à la différence de buts (- 1 contre + 1). Cette rencontre marque aussi la fin de la carrière internationale de la capitaine tricolore Corinne Diacre. La défenseure centrale des Bleues tire en effet sa révérence à 30 ans après 121 sélections et plus de douze années en Équipe de France féminine avec laquelle elle aura disputé une Coupe du monde (2003) et trois Euros (1997, 2001, 2005). Un au revoir mais pas un adieu puisque Corinne Diacre retrouvera le groupe France en février 2007 en tant qu'adjointe du sélectionneur Bruno Bini,
poste qu'elle occupera jusqu'en juillet 2013.


Corinne Diacre (en haut, numéro 5) lors de son avant-dernière sélection, le 9 juin 2005, contre la Norvège. (Photo Martyn Harrisson/ AFP).