1er juillet 2006 : le chef-d'œuvre de Zidane

1er juillet 2006 : le chef-d'œuvre de Zidane

000_DV83749.jpg

mercredi 1 juillet 2020 - 08:30 -

Le 1er juillet 2006, en quarts de finale de la Coupe du monde, Zinédine Zidane signe une prestation hors du commun pour éliminer le Brésil (1-0), champion du monde en titre.

Évoquer Zinédine Zidane sous le maillot bleu rappelle inévitablement de grands moments de football. Son doublé en finale de Coupe du monde 1998 contre le Brésil, un autre dans le temps additionnel face à l'Angleterre à l'Euro 2004, sa performance XXL contre le Portugal en demi-finale du championnat d'Europe 2000 ... Mais ce soir du 1er juillet 2006 à Francfort, face aux champions du monde brésiliens, le maestro tricolore a probablement interprété sa plus belle partition.

De par l'adversité, déjà. Vainqueur de l'édition 2002, le Brésil se présente en Allemagne avec une équipe de rêve pour conserver sa couronne. Ronaldo, Ronaldinho, Kaka, Juninho, Cafu ou encore Roberto Carlos ... les talents ne manquent pas. En face, la France n'a pas de quoi rougir. Outre leur numéro 10, les champions du monde Barthez, Thuram, Vieira et Henry partagent la feuille avec les Makélélé, Gallas, Malouda et Ribéry. L'affiche est plus qu'alléchante.


Zinédine Zidane et Ronaldo avant le coup d'envoi (Crédit AFP).

Avant le match, les artistes se saluent et s'embrassent, tout sourire, dans les couloirs de la Commerzbank-Arena. Pourtant, trente secondes après le coup d'envoi, un soliste se démarque immédiatement des autres. Marqué de près par Kaka et Zé Roberto dans sa moitié de terrain, Zidane se libère du pressing en poussant le ballon de la semelle derrière lui avant de clouer sur place Gilberto Silva d'un magnifique passement de jambes, lançant la contre-attaque tricolore. Le ton est donné.

Dès lors, le meneur de jeu français enchaîne les gestes de grande classe. Un double contact devant Cafu, un contrôle de la cuisse suivi d'une passe lobée du gauche face à Kaka, un sombrero sur Ronaldo, un crochet dévastateur face à Lucio ou encore une roulette imparable contre Gilberto Silva ... "Jouer contre le Brésil, ça donne forcément des idées", analysera plus tard le héros du soir. Des idées qui font le bonheur de ses coéquipiers, comme Florent Malouda. "Il s'amuse sur le terrain. Pour lui, ça reste un jeu. Il s'amuse avec ses adversaires".


Zidane élimine le défenseur brésilien Lucio (crédit AFP).

Malgré cette prestation de haut vol en première période, les deux équipes rejoignent les vestiaires dos à dos. En seconde période, Zidane recommence sur le même rythme et se montre décisif peu avant l'heure de jeu : sur un coup franc excentré, il dépose le ballon sur le pied droit de Thierry Henry qui bat Dida à bout portant (1-0, 57e). La première (et unique) passe décisive de Zinédine Zidane pour le meilleur buteur de l'histoire des Bleus, aussi surprenant que cela puisse paraître.

Si les Brésiliens se montrent ensuite dangereux, notamment par Ronaldo et Ronaldinho, les Tricolores s'imposent (1-0) et filent en demi-finale. Après le coup de sifflet final, les plus grands joueurs de l'histoire du ballon rond ne se trompent pas quand il s'agit de désigner l'homme du match. "Zidane a été un magicien sur cette rencontre" dira le roi Pelé. "Pourquoi veut-il arrêter de jouer alors qu'il est aussi bon qu'il y a quatre ans ? S'il joue si bien, il doit continuer" insistera Franz Beckenbauer. Zinédine Zidane prendra sa retraite huit jours plus tard, après la défaite en finale face à l'Italie (1-1, 5 tab 3).


Zinédine Zidane et Thierry Henry, passeur décisif et buteur, se congratulent après le but victorieux (crédit AFP).

La fiche technique

La rétro du football français