Champion du Monde !

Champion du Monde !

Champion du Monde !

dimanche 19 mai 2013 - 17:00 -

Depuis le 8 mai dernier, la France est à nouveau championne du Monde FIFA ! Le mérite en revient à Bruce Grannec, vainqueur il y a deux semaines à Madrid du Mondial 2013 de football... virtuel. Une épreuve disputée par 2,5 millions de joueurs à travers le monde. Portrait de ce jeune champion tricolore, qui hisse haut les couleurs de la France dans le monde du football de console.

Sur la planète football, rares sont ceux qui peuvent prétendre au rang de légende. A seulement 26 ans, le Français Bruce Grannec a pourtant réussi une entrée fracassante dans ce cercle très fermé en soulevant, le 8 mai dernier à Madrid, son quatrième titre de champion du Monde FIFA. Si son nom ne vous évoque rien, c’est que ce natif de l’Essonne règne sur un domaine bien particulier : le football virtuel. Un monde où Zlatan, c’est lui. 

Ce virtuose de la manette fait ses armes sur "Pro Evolution Soccer", avec en point d’orgue une victoire au Mondial 2006. Mais c’est sur "FIFA football" que celui que certains n’hésitent pas à comparer à Lionel Messi  s’est bâti un palmarès unique : trois championnats de France (2009, 2011 et 2012) et trois coupes du Monde (2009, 2012 et 2013). Une régularité inédite à ce niveau, d’autant que le jeu bénéficie tous les ans d’une nouvelle mouture obligeant chaque fois le champion à se réadapter.

Le jeune homme se situe pourtant à mille lieues des clichés véhiculés à propos des adeptes du monde numérique, rivés à leur écran et coupés de la réalité. "Je m’entraîne une heure par jour environ, pas plus. Parfois deux ou trois heures par semaine seulement." Le secret de sa réussite  réside avant tout dans ses qualités mentales. "Je ne me laisse jamais perturber. Que je marque un but ou que j’en encaisse, rien ne doit transparaître. Je fais en sorte de rester totalement concentré." Une maîtrise émotionnelle qui lui a valu le surnom de "The Machine" de la part de ses adversaires.

Paradoxalement, le champion tricolore place le plaisir au centre de son activité. "J’aime le foot et les jeux vidéo, j’ai donc naturellement allié les deux. Si je ne m’amuse plus en jouant, cela ne vaut pas la peine de continuer." Son talent lui a par ailleurs permis de réaliser le rêve de millions de fans de football : affronter, manette en main, Steve Mandanda, Rio Mavuba ou encore Karim Benzema. "C’est vraiment impressionnant de rencontrer des joueurs avec lesquels j’ai l’habitude de jouer ! La plupart se débrouille bien, ils possèdent en général une vision du jeu impressionnante."

Le jeune homme garde également un lien étroit avec le terrain. "Plus jeune, lorsque je vivais dans la région de Nantes, j’évoluais au niveau régional. Aujourd’hui je joue à Draveil (niveau district), mais une pubalgie m’éloigne des terrains depuis un an. J’espère faire mon retour dans quelques mois !" Il suit également assidûment les championnats européens et se sert de ses observations pour améliorer ses performances virtuelles. "J’engrange un maximum d’informations. Tactiquement, je m’inspire du 4-2-3-1 de José Mourinho. J’ai d’ailleurs remporté le Mondial 2013 avec le Real."

Quand il ne joue pas, Bruce Grannec travaille à faire fructifier son don. A l’instar des plus grands joueurs actuels, l’Essonnien s’ingénie, depuis plusieurs années déjà, à capitaliser sur son parcours et son palmarès. Il est ainsi l’auteur d’un ouvrage compilant de nombreux conseils aux joueurs souhaitant l’imiter, et a également fait l’objet d’un documentaire relatant son histoire. Une façon pour lui de gommer l’aléa de la compétition, devenue sa principale source de revenu. "Je suis ce que l’on peut considérer comme un joueur professionnel, mais je ne peux pas me reposer uniquement sur mes résultats si je veux continuer à vivre de cette activité. Les tournois sont extrêmement difficiles à remporter, et personne n’est jamais à l’abri d’une défaite dans le football !"

Comme tout sportif de haut niveau, le quadruple champion du Monde sait également que la question de la reconversion se posera un jour. "Tant que je gagne et que je prends du plaisir, je continue, explique simplement Bruce. Mais si mes performances commencent à fléchir, je réfléchirai à mon avenir." En réalité, à seulement 26 ans, il a déjà anticipé cette phase jeu. Diplômé en informatique, il espère poursuivre sa carrière dans la conception de jeux vidéo. Son statut lui a d’ailleurs permis, à l’invitation du développeur du logiciel, de participer à l’élaboration de l’actuelle version du jeu dont il est le maître incontesté. Une chose est sûre, l'avenir du football virtuel ne s'écrira pas sans Bruce Grannec.