ÉQUIPE DE FRANCE

L'essentiel de la conférence de Didier Deschamps

jeudi 16 mai 2024 - 23:18 - Philippe MAYEN
Didier Deschamps

Après l'annonce de la liste des vingt-cinq Bleus pour l'Euro 2024 sur TF1, jeudi soir, le sélectionneur national a donné une conférence de presse. En voici les principaux points.

 LE CHOIX DE LA LISTE 
« Il y a beaucoup de critères »

« Il y a toujours des choix difficiles, je ne dirai jamais qu’une liste pour une grande compétition est facile. Il y a toujours des discussions avec mon staff technique, avec des éléments que nous avons en interne, et aussi par rapport à ce que l’on veut faire, l’utilisation de certains joueurs selon leurs caractéristiques, la possibilité de jouer à certains postes plutôt qu’à d’autres, d’avoir des options différentes. Comme à chaque liste que j’ai eu à faire, il y a des joueurs qui auraient pu y être. J’ai des cases à remplir, évidemment cela ne se fait pas comme ça en claquant des doigts. Au-delà de chaque joueur, il y a des hommes. Être ou ne pas être sélectionné n’est pas la fin du monde mais c’est une étape importante. Il y a beaucoup de critères et par moments sur certaines situations cela peut se jouer à peu, il y a toujours la balance des plus et des moins par rapport à ce que nous avons l’intention de faire. On attend d’avoir toutes les données. Il y a un travail aussi en lien avec les clubs pour avoir le maximum d’informations. On n'est que le 16 mai, c’est très tôt, mais si je choisis cette option c’est que ce week-end nous avons huit joueurs qui arrêtent la compétition. Le début du rassemblement sera le 29 mai. Mais la date importante c’est le 7 au soir où je devrais transmettre la liste pour l’UEFA et d’ici là, je ne l’espère pas pour ceux qui sont là, je peux être amené à apporter des modifications, et en poussant plus loin, on a jusqu’à J-1 du premier match, le 16 juin, s’il y a un problème, une blessure. »

Les vingt-cinq pour l'Euro 2024

 LE RETOUR DE N'GOLO KANTÉ 
« Avec lui, l'Équipe de France sera meilleure »

« Sa dernière sélection date de juin 2022. Ce qui a suivi a été beaucoup plus compliqué pour lui avec une saison avec une grave blessure, où il a très, très peu joué, ce qui l’a empêché très certainement de faire partie du groupe pour la Coupe du monde. Puis il est reparti sur une saison où on l’a suivi régulièrement, où il a pu retrouver toutes ses capacités footballistiques et athlétiques en enchaînant beaucoup, beaucoup de matches. Dans ma tête la situation était claire : je souhaitais qu’il puisse retrouver sa capacité sur le terrain, et pendant ce temps-là laisser du temps de jeu à des jeunes qui avaient montré un bon potentiel pendant la Coupe du monde, pour acquérir plus expérience. J’ai pris cette décision parce que je considère que l’Équipe de France sera plus forte avec lui. Sur ce que je l'ai vu faire depuis le mois d'août, je vous assure qu'il a retrouvé toutes ses capacités. Cela s'est fait progressivement, il savait qu'il était en réserve de la République et qu'avant de pouvoir potentiellement prétendre, il fallait du concret et sa saison matérialise ça. Je n’ai pas de doute sur ce qui faisait sa force et sur sa capacité à se hisser à ce niveau-là. Il a un statut, et ça pèse, mais il n'a pas de garantie (d'être titulaire), il aura la place qu'il méritera ou que je lui donnerai. Mais avec N'Golo, peu importe la situation, il n'y a jamais de problème. Ça va tout le temps. »

 LA SÉLECTION DE BRADLEY BARCOLA 
« Il a confirmé »

« Il n’était pas là au mois de mars (pour les matches contre l'Allemagne et le Chili) mais il aurait pu l’être sur ce qu’il avait fait de très intéressant. J’estimais que tout venait peut-être un peu trop vite. Il a fait d’autres choses depuis, il a confirmé. Tant mieux pour lui. Cela ne s’est pas décidé il y a quelques jours, ni sur le match d'hier, cela rentrait dans une réflexion avec mon staff technique depuis le dernier rassemblement. Il a cette capacité à pouvoir créer des différences, à marquer des buts aussi, cette capacité de fulgurance de pouvoir éliminer par le dribble, la vitesse. Avec le temps, il gagnera en efficacité certainement, en volume et en capacité à faire les efforts. Je sais où il est le plus à l’aise. »

 LE RAPPEL DE FERLAND MENDY 
« Il mérite d'être à cette place »

« D’abord si Lucas Hernandez avait été là, Ferland Mendy aurait été là aussi. Ça n’est pas que je l’aime ou que je ne l’aime pas comme j’ai pu l’entendre. Je prends des joueurs quand je pense que c’est pour le bien de l’Équipe de France. Avec le Real Madrid, il a enchaîné pas mal de blessures au cours de la saison dernière et de cette saison. Il a évolué dans son jeu qui était surtout porté offensivement, mais c’est aussi lié avec la manière dont joue le Real. En ayant devant lui très souvent Bellingham, Rodrygo et Vinicius, il se projette et dédouble beaucoup moins, pour ne pas dire pas du tout. Il a gagné en qualités défensives, ce qui n’était pas son point fort. Mais il reste capable de se projeter. Pour moi, il est à sa place par rapport à ce qu’il réalise avec son équipe. »

 LE REPLAY DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE 

  LES INCERTITUDES SUR MAIGNAN, TCHOUAMÉNI ET COMAN 
« Ils seront opérationnels si tout se passe bien »

«  Je ne vais pas rentrer trop dans le détail. Ce sont trois situations différentes. Mike (Maignan) a repris les séances d’entraînement spécifique. Il n’y aura pas de risque pris sur le prochain week-end pour lui permettre d’avoir une semaine de plus, mais il sera probablement concerné par le dernier match (de championnat) de son équipe. Aurélien (Tchouaméni), est dans une phase de cicatrisation qui appartient au staff médical de son club. Il sera avec son club pour la finale de la Ligue des champions à Wembley et nous rejoindra après, avec "Cama" (Camavinga) et Ferland (Mendy). Si tout se passe bien, il y a une bonne probabilité qu’il puisse être sur pied pour le début de la compétition. Kingsley (Coman) est dans une phase de réathlétisation et si tout se passe normalement il sera disponible pour le début du stage pour s’entraîner avec le collectif. J’ai toutes les raisons de penser qu’ils seront opérationnels. Après, à partir du moment où je fais une pré-liste, tous les joueurs de cette pré-liste sont censés être prêts. »

 FAVORIS POUR L'EURO ? 
« Être prêts à ce qui nous attend »

« Cela me semble logique que nous fassions partie des favoris. Mais il ne s’agit pas de se voir ultra-favoris et de se voir déjà en finale. Non. Il y aura des étapes à franchir, déjà faire en sorte d’être prêt à ce qui nous attend, avec ce groupe-là et cette force collective qui est essentielle pour moi. Qu’il y ait de moins de perturbations possibles avant, aussi. Moi, j’ai suffisamment de sérénité et de tranquillité, mais c’est plus pour les joueurs qui peuvent être impactés par ce qu’il se passe. Alors avant de penser à un après, concentrons-nous sur nos trois matches de poule pour faire en sorte atteindre notre premier objectif. Ça sera bon signe, après on verra. Le haut niveau est impitoyable, je l’ai déjà dit. Dès que l’on fait ou que l’on donne un peu moins, cela peut basculer Mon premier objectif est que l’on mette tout. Ce n’est pas la garantie d’y arriver, mais au moins, on aura tout fait. Je veux que les joueurs dès le premier jour de rassemblement, et quand ils seront tous là, soient axés là-dessus. »

fédération française de football - FFF
Crédit Agricole logo EDF logo Nike logo Orange logo Uber Eats logo Volkswagen logo