Football scolaire

Une saison à l’épreuve du Covid

dimanche 27 décembre 2020 - 13:06 - Richard LOYANT
Challenge Jean-Leroy 2018, football scolaire

José Alcocer, sélectionneur national des U16 et en charge du football scolaire et universitaire à la FFF, revient sur une année particulière pour les sections sportives scolaires, qui ont continué à fonctionner en dépit du Covid-19.

En une saison où ont été annulés le 25e Challenge Jean-Leroy (photo principale, phase finale du 22e en 2018) et le 3e Challenge Marilou Duringer, ses deux compétitions nationales, le football scolaire a su s’adapter pour poursuivre ses activités. José Alcocer, sélectionneur national des U16 et en charge du football scolaire et universitaire à la Fédération, décrit comment ses acteurs ont rivalisé d’innovations pour garder active la pratique.

Réagir aux confinements

"Lorsque la crise est survenue, on a anticipé avec un certain nombre de collègues – cadres techniques de la Direction technique nationale et responsables de sections sportives, notamment – sur la possibilité de continuer à jouer au football avec la contrainte de l’absence de duels, donc sans contact. On a élaboré des fiches regroupées dans un document sorti en juin pour le premier déconfinement avec l’aval ministériel, permettant un travail avec ou sans ballon, distancié et autorisé."

Le guide d’appui à la reprise des activités physiques
et sportives au sein du milieu scolaire de juin 2020

Ce guide s’inscrit dans le dispositif gouvernemental "2S2C" (sport, santé, civisme, culture). Il permet aux éducateurs de clubs de déployer dans les établissements un outil adapté aux conditions sanitaires.

La réalité du terrain

"Les responsables des sections qui l’ont pu se sont rapidement approprié cet outil. Mais la situation a été très différente d’une région à l’autre pour sa mise en place. À partir du moment où l’on a eu l’autorisation de la pratique distanciée, un accord local devait être obtenu des académies puis des établissements. Le gouvernement a dit : « Les sections sportives sont autorisées pour cette pratique, à la condition que les académies le souhaitent ». Cela signifiait qu’après, celles-ci puis que chaque chef d’établissement donne son accord. Si l’un de ces échelons n’approuvait pas, cette activité adaptée ne pouvait pas avoir lieu."

La nécessité de poursuivre des activités physiques et de conserver des liens social et pédagogique, fondamentaux.

José Alcocer (photo Philippe Le Brech/APL/FFF).

L’exemplarité des sections sportives

"Cette possibilité est finalement intervenue dans un certain nombre d’endroits et c’est là que le dispositif des sections sportives s’est montré exemplaire puisque de 50 à 60 % ont conservé une activité football. Les jeunes gens et filles qui disposaient de ce créneau habituel ont donc continué à exercer notre sport en sécurité sur leur temps scolaire en dépit du confinement. Il n’y a pas eu d’abandon, ils n’ont pas été livrés à eux-mêmes. Les sections ont pleinement joué leur rôle : ces jeunes qui auraient pu être « laissés libres » sur ces créneaux ont été pris en charge par des responsables proposant une pratique encadrée."

Un travail d’équipe et d’échanges

"Cela devrait reprendre normalement en janvier, en fonction des directives de l’Éducation nationale à laquelle nous sommes adossés : nous dépendons des décisions de ce ministère, des académies et des chefs d’établissement. Il est logique qu’il y ait autant de réserves et de protection de leur part, comme pour nous à la FFF où nous avons toujours placé la santé des joueurs et des joueuses en priorité. À partir du moment où l’un des protagonistes dit non, même si nous essayons de défendre le maintien d’une activité sportive, nous respectons sa décision. C’est un échange lors duquel le président de la Commission du football en milieu scolaire et universitaire Georges Honoré et ses membres ont été et sont encore prépondérants. Nous avons la chance d’avoir des interlocuteurs poussant aussi pour une activité physique. Il faut trouver un juste milieu entre « la crainte » que l’on peut avoir d’une telle situation et la nécessité de poursuivre le sport pour ces jeunes, qui ne peut leur faire que du bien. Sans parler des liens social et pédagogique, fondamentaux à conserver."

L’imagination au pouvoir

"Certaines sections ont mis en place le foot en marchant ou le foot golf. D’autres ont réalisé de petites séquences filmées pour montrer une activité différente et promouvoir le football distancié à travers ces clips, y compris dans les pôles Espoirs. Ils ont ainsi montré comment développer de nouvelles pratiques et tout ce que l’on peut effectuer, tout en respectant les contraintes imposées par ailleurs. En attendant un retour à la normale que nous souhaitons tous le plus rapide possible, mais sans se précipiter afin de garantir la sécurité."

Les sections sportives scolaires 2020-2021

• Labellisées FFF : 974 (754 collèges, 220 lycées).
• Féminines : 93 collèges (+ 35 % par rapport à 2019-2020), 65 lycées (+ 30 %).
• Pôles d'excellence du football amateur* : 4 (+ 1).
• Nombre d’élèves : 32 000 en SSS et licencié(e)s FFF, dont 4 700 jeunes filles.

*Structures regroupant pratiques à 11 masculine, féminine, du futsal et de l'arbitrage.

fédération française de football - FFF
Crédit Agricole logo EDF logo Nike logo Orange logo Volkswagen logo