ÉQUIPE DE FRANCE FÉMININE

Corinne Diacre : « Le casse-tête est difficile ! »

vendredi 19 février 2021 - 14:39 - Claire GAILLARD
Corinne Diacre entraînement 18 février 2021

Malgré les aléas liés à la situation sanitaire, la sélectionneure des Bleues se réjouit du travail réalisé par ses joueuses cette semaine. Et reconnaît que le choix de son onze de départ, samedi face à la Suisse, n’est pas encore fait.

À la veille d’affronter la Suisse, en match amical demain à Metz, Corinne Diacre est arrivée avec un grand sourire à la visioconférence de presse. Durant plus d’une quinzaine de minutes, la sélectionneure des Bleues a balayé l’actualité : annulation du Tournoi de France remplacé par une double confrontation amicale, groupe élargi, intégration des nouvelles venues, travail réalisé et objectifs fixés.

L’ANNULATION DU TOURNOI DE FRANCE
« Il n’y a pas de frustration à avoir »

« Il a fallu s’adapter après l’annulation du Tournoi et des trois matches initialement programmés. Nous avons malgré tout deux matches à jouer face à la Suisse. Il n’y a pas de frustration à avoir quand vous disputez un match international ! J’avais même été la première à dire à mon président que j’étais prête à affronter deux fois la même équipe. Seule la notion de tournoi est un peu plus compétitrice mais j’ai annoncé à mes joueuses qu’on se devait de continuer à gagner. Nous n’avons que cette fin de saison sans compétition puisqu’on entrera en phase de qualification pour la Coupe du monde (2023) à partir de septembre. J’ai souhaité garder les joueuses sur le même temps de rassemblement afin de travailler ensemble. En général, on les voit toutes les six semaines avec des rencontres rapprochées. Si on peut les avoir un peu plus, on prend ! L’ambiance est bonne, il y a un bon amalgame entre les anciennes et les nouvelles. »

L’ÉTAT DES JOUEUSES ET L’ÉQUIPE ALIGNÉE DEMAIN 
« J’ai plusieurs options »

« Toutes les joueuses sont aptes, Julie (Dufour) ayant été la dernière à quitter le groupe. J’ai un problème de riche, je ne vais pas m’en plaindre. Honnêtement, pour demain, c’est compliqué de sortir un onze de départ tellement les 24 méritent au vu de ce qu’elles ont montré sur le terrain. Qui va jouer en pointe en l’absence de Valérie Gauvin et Marie-Antoinette Katoto ? Le casse-tête est difficile ! Aujourd’hui, je ne le sais pas mais j’ai plusieurs options. Ça peut être Eugénie (Le Sommer), Kadidiatou (Diani), Léa Khelifi, Clara Matéo. J’ai plusieurs cordes à mon arc, il faut bien que je regarde les associations pour aligner la meilleure équipe possible. La Suisse est une nation européenne que l’on connaît bien. Je m’attends à une double confrontation difficile. »

LES NOUVELLES JOUEUSES CONVOQUÉES 
« Elles sont curieuses, elles ont faim et cela crée une émulation »

« Elles sont très contentes d’être là. L’Équipe de France, c’est le plus haut niveau. On est dans des conditions optimales. Avec l'annulation hier de notre déplacement à Metz, le centre de Clairefontaine s’est mis aux petits soins pour nous, je tiens à les en remercier. Les joueuses mangent, boivent, vivent foot. Elles sont curieuses, c’est aussi ce qui change un peu avec les anciennes. Elles ont faim et posent beaucoup de questions. Cela crée une émulation et c’est positif pour nous. »

Peyraud-Magnin : « Mylène et Constance sont deux très forts potentiels »

Pauline Peyraud-Magnin (gardienne de l'Équipe de France) : « Avec l’annulation du tournoi, le programme a un peu changé et on a davantage de temps mais le rythme des entraînements est le même avec ces deux matches contre la Suisse à préparer. Ce ne sont pas des rencontres au rabais, on fait partie de l’Équipe de France et on est là pour jouer. L’arrivée des jeunes gardiennes ? Je connaissais Mylène (Chavas) et j’ai découvert Constance (Picaud). Ce sont deux très forts potentiels qui arrivent chez les Bleues. Entre gardiennes, la compétition est très saine. Aujourd’hui, je suis la numéro 1 mais demain on ne sait pas. Je me bats chaque jour pour rester à ce poste. Il n’y en a qu’un à pourvoir. Je suis consciente que l’âge et l’expérience ne font pas tout. À moi de me maintenir à mon niveau. »


De gauche à droite : Mylène Chavas, Constance Picaud, Gilles Fouache, entraîneur des gardiennes, Solène Durand et Pauline Peyraud-Magnin (photo Antonio MESA / FFF).

fédération française de football - FFF
Crédit Agricole logo EDF logo Nike logo Orange logo PMU logo Volkswagen logo