FOOTBALL AMATEUR

Naomie et Léana, 6 ans, plus jeunes licenciées

lundi 8 mars 2021 - 11:12 - Claire GAILLARD
Naomie et Léana, 6 ans, plus jeunes licenciées 2020-2021

Membres de l’AS Ardentes, club de l’Indre, Léana et Naomie Leonard figurent parmi les plus jeunes pratiquantes en France. Âgées de 6 ans, elles vivent leur première saison, marquée par la crise du COVID. Portrait.

Sur les 138 743 pratiquantes que compte la Fédération Française de Football, 12 ont vu le jour le 1er janvier 2015 et sont les benjamines de la saison 2020-2021. Parmi ces petites filles âgées de 6 ans, des jumelles : Léana et Naomie Leonard. Depuis septembre, elles sont licenciées à l’AS Ardentes, club d’une commune de l’Indre qui compte 3 945 habitants. Alors que les vacances de la zone B s’achèvent, les deux sœurs nous attendent samedi matin chez elles. Anne-Laure Lhuillier, la maman, nous accueille, suivie de Naomie. « Bonjour, bienvenue », lance cette dernière. 

L’important c’était qu’elles se dépensent (…) Si ça ne leur avait pas plu, je n’aurais pas insisté mais très vite, lorsque j’allais les récupérer, elles ne voulaient plus partir.

Anne-Laure Lhuillier, la maman

La matinée a commencé avec une activité manuelle à l’occasion de la fête des grand-mères, dimanche. « Ce sont des boîtes à bijoux, on les décore, on leur met des brillants, on les rend jolies », reprend la petite brune aux yeux noisettes et lunettes bleues. Plus réservée, Leana, châtain clair, yeux bleus et lunettes violettes, observe, assise autour de la table. Les jumelles ne se ressemblent pas autant qu’on l’aurait imaginé, même si elles portent toutes deux un carré long avec frange. 


Léana (à gauche) et Naomie en pleine activité manuelle (photo Claire GAILLARD / FFF). 

« Léana aime le calme, rester dans son coin, apprécie les activités manuelles et les dessins animés, décrit Anne-Laure. Naomie, c’est la petite curieuse, elle aime la musique, bouger, elle veut toujours être là quand il y a du monde, elle va s’intéresser et parler avec les gens. Ce sont deux caractères très différents. » Qui partagent la pratique du football. Lors de la rentrée des classes en grande section de maternelle, Anne-Laure souhaitait inscrire ses filles à une activité. « Contrairement à d’autres copines de leur âge, elles n’ont jamais demandé à faire de la danse, se souvient-elle. Pour moi, l’important c’était qu’elles se dépensent. »

Direction les séances de découverte du basket et du foot. Ce dernier sera finalement retenu pour une question d’organisation familiale. Programmé le mercredi à 17h30, contre 16h30 pour le basket, l’entraînement permet à la maman de les emmener après sa journée de travail comme téléconseillère. « Elles étaient contentes d’y aller, raconte la mère. Léana a tout de suite beaucoup aimé. Cela a été plus difficile pour Naomie qui voulait uniquement disputer des matches mais à cet-âge-là, les oppositions durent une dizaine de minutes en fin de séance. » 

Un grand-père entraîneur, un père, un oncle, une tante qui jouent, un cousin éducateur et le stade à 700 mètres de la maison

Dans la famille, ce ne sont pas les seules Leonard à pratiquer. « Notre papy (Philippe) est l’entraîneur de l’équipe des grands (seniors), notre tonton Gary et notre tata Léa font du foot, liste Naomie. Notre papa en a fait et notre cousin (Corentin) nous entraîne. » Tout ça évidemment à l’AS Ardentes, où les jumelles connaissent à peu près tous les visages et dont le stade municipal se trouve à… 700 mètres de la maison. « Elles ont de temps en temps été aux abords des terrains avec eux mais ce n’était pas systématique, reprend Anne-Laure. Mon beau-père m’avait dit que les inscriptions étaient ouvertes à partir de la catégorie U7. Il leur a acheté maillot, short, chaussettes, crampons et c’était parti. Si ça ne leur avait pas plu, je n’aurais pas insisté mais très vite, lorsque j’allais les récupérer, elles ne voulaient plus partir. » 


Avec la tenue aux couleurs de l'AS Ardentes (photo DR).

À présent, les jumelles aimeraient retrouver les pelouses. « Le foot me manque », glisse Léana qui n’a plus joué depuis la Toussaint, le confinement puis le couvre-feu n’ayant pas permis de reprendre les entraînements. Le club envisage de les reprogrammer le samedi. « Ce serait bien, elles ont besoin de bouger et, vous savez, il faut les occuper le mercredi puis les week-ends », sourit Anne-Laure. 

Puisque le père noël a déposé sous le sapin un panier de basket, les sœurs s’y essaient dans le jardin. Elles bricolent avec Papy ou jardinent avec Mamie et ont appris à faire du vélo sur la route chez leur père pendant les vacances de février. « Mais le foot leur apporte autre chose, conclut la mère. Au-delà de l’activité physique, c’est aussi les copains et les copines que l’on retrouve. Je trouve ça d’ailleurs très bien qu’elles jouent en mixité. » 


Le stade municipal de la ville d'Ardentes (photo Claire GAILLARD / FFF). 

fédération française de football - FFF
Crédit Agricole logo EDF logo Nike logo Orange logo PMU logo Volkswagen logo