COUPE DE FRANCE

Comment Sedan prépare la réception d'Angers

mardi 6 avril 2021 - 12:05 - Raphaël Raymond
Sedan veut briller malgré tout

Vainqueur de l’épreuve en 1956 et 1961, finaliste en 1965, 1999 et 2005, le CS Sedan-Ardennes s’apprête à recevoir Angers pour son premier huitième de finale de la Coupe de France depuis 2009. Le point avec le capitaine, Aziz Dahchour.

Croire en l’exploit… malgré les trois divisions d’écart

« Le 21 avril, date des quarts de finale, c’est mon anniversaire. Une qualification, ce serait un super cadeau (sourire). On aborde le match sans pression. On va se servir du charme de la Coupe de France. L’exploit est inhérent à cette compétition. On en parle avec les joueurs. On n’a rien à perdre. Physiquement, on est un peu dans l’inconnu, on manque de compétition. On a fait en sorte d’être prêts pour mercredi mais on s’attend à souffrir. Je regarde beaucoup la L1. Angers, c’est très costaud. On a suivi le tirage avec toute l’équipe. On voulait éviter les équipes comme Angers, Montpellier ou Metz. Elles ne se déplacent jamais chez une N2 avec la fleur au fusil. »

Préparer un huitième… malgré l’arrêt du championnat

« On a effectué des séances en fonction du jeu d’Angers, que l’on a décortiqué à la vidéo. C’est une échéance qui est très motivante. Tout le groupe est concerné, y compris nos deux blessés, qui sont avec nous, dans l’esprit. Olivier Saragaglia, notre entraîneur, pose sa patte depuis janvier. Il vient du dessus. Beaucoup de joueurs nous avaient annoncé que c’était un super coach. Nous en avons la confirmation. Il a un grand avenir en tant qu’entraîneur, tous les joueurs le disent. On se régale avec lui. À Sedan, il y a vingt-cinq joueurs sous contrat fédéral. C’est un record en N2. Le club veut retrouver le niveau professionnel et s’en donne les moyens. Nous avons entraînement chaque matin, sauf depuis vendredi dernier : nous nous entraînons l'après-midi à 16h45 pour coller à l'heure du match. Angers a joué trois matches depuis le dernier tour, nous zéro. La Fédération a fait tout son possible pour que le championnat reprenne mais elle n’avait pas la main. On part avec un handicap. »

Les caméras doivent être une chance. Pour les plus jeunes, de se faire repérer par exemple. Bien jouer devant des caméras, c’est montrer qu’on maîtrise un environnement qui ne nous est pas familier. 

 

L’effervescence à Sedan… malgré le confinement

« Depuis notre seizième de finale à Saint-Louis-Neuweg et avec l’arrêt du championnat, on a trouvé le temps long. Mais ce qui se passe à Sedan en ce moment est fantastique. Comme mes coéquipiers, je croise des supporters quand je vais acheter mon pain ou sur le chemin de l’entraînement. Ils sont derrière nous. Ils vivent le club à fond, la Coupe de France à fond. On a reçu une bonne dizaine de courriers d’Ardennais de toute la France. Le dernier ? Un monsieur de 83 ans qui vit en Bretagne. Ça fait chaud au cœur. »

Ne pas se laisser impressionner… malgré la télé

« Il faut se mettre dans sa bulle. Les plus jeunes ont tous pris rendez-vous mardi chez le coiffeur. Mardi dernier, il y avait France 3, j’ai dit aux gars de rester normal. Contre Saint-Louis, c’était télévisé et on s’est bien comporté. Ça doit nous booster. Les caméras doivent être une chance. Pour les plus jeunes, de se faire repérer par exemple. Bien jouer devant des caméras, c’est montrer qu’on maîtrise un environnement qui ne nous est pas familier. »

Les 8es de finale en chiffres

Les 8es de finale à la TV

CS Sedan saison 2020-2021Le CS Sedan-Ardennes (photo : Claude Lambert)

fédération française de football - FFF
Crédit Agricole logo EDF logo Nike logo Orange logo Volkswagen logo