LA SAGA DE L'EURO

Le parcours des Bleus à l'Euro 1984

dimanche 25 avril 2021 - 08:45 - Philippe MAYEN
Equipe de France

À l'aube de l'Euro 1984, l'Équipe de France de Michel Hidalgo sait qu'un grand défi se présente à elle sous les yeux de l'Hexagone. Mais elle ne sait pas encore qu'elle s'engage sur une voie royale...

Cinq matches pour devenir champions d'Europe et entrer dans l'histoire du football français et international : bien plus qu'un objectif, beaucoup plus qu'une ambition, les Bleus sont à la poursuite d'un rêve lors de cet Euro 84, dont ils sont désignés favoris au côté de la RFA, l'Espagne ou la Belgique. Après quatre matches de préparation victorieux et trois semaines de préparation en altitude à Font-Romeu, leur "mission" leur propose d'abord un premier tour jalonné de trois rendez-vous contre le Danemark, la Belgique et la Yougoslavie... Le début d'une très belle aventure. 

1er tour - France - Danemark 1-0

Les Bleus brisent la glace

Lorsqu’ils débutent « leur » Euro ce soir-là contre le Danemark dans un Parc des Princes comble, les Bleus savent qu’une rude épreuve les attend. Ils ont encore en mémoire la défaite (3-1) concédée neuf mois plus tôt en amical à Copenhague face à de solides Vikings. Le test annoncé tient ses promesses, le combat est sans concession - dans un choc avec Yvon Le Roux, Allan Simonsen, Ballon d’or 1977, se fracture le tibia à la 43e minute - et les Tricolores se heurtent longtemps au mur danois dressé devant eux. Il ne cède qu’à la 78e minute, sur un tir du droit de Platini à l’entrée de la surface, dévié de la tête par Sören Busk alors au sol. Le but de la délivrance. Hidalgo et les siens lancent leur Euro par un succès, mais perdent Le Roux, blessé, et Manuel Amoros, expulsé pour un coup de tête sur Jesper Olsen (87e). Michel Platini dira de ce match qu’il fut « le plus dur, le plus physique, le plus éprouvant que l’Équipe de France n’ait jamais joué au Parc des Princes ». 

Le "sanguin" Manuel Amoros verra rouge à la fin de ce match d'ouverture. Suspendu, il ne rejouera qu'en finale (photo Stringer/AFP).

 

La fiche du match

Mardi 12 juin 1984 (Paris, Parc des Princes)
France-Danemark : 1-0
Spectateurs : 47 750
Arbitre : Volker Roth (Allemagne)
Avertissement : J. Olsen (87e) au Danemark
Exclusion : Amoros (87e) à la France
But : Platini (78e)

France : Joël Bats - Patrick Battiston, Maxime Bossis, Yvon Le Roux puis Jean-François Domergue (60e), Manuel Amoros - Luis Fernandez, Jean Tigana, Alain Giresse, Michel Platini (cap.) - Bernard Lacombe, Bruno Bellone. Entraîneur : Michel Hidalgo
Non utilisés : Philippe Bergerôo, Albert Rust, Thierry Tusseau, Jean-Marc Ferreri, Daniel Bravo, Bernard Genghini, Didier Six, Dominique Rocheteau.

Danemark : Ole Qvist - Ivan Nielsen, Morten Olsen (cap.), Sören Busk - Jens-Jörn Bertelsen, Frank Arnesen puis Jesper Olsen (80e), Klaus Berggreen, Sören Lerby, Allan Simonsen puis John Lauridsen (44e) - Michael Laudrup, Preben Elkjaer-Larsen. Entraîneur : Sepp Piontek

 

1er tour - France - Belgique 5-0

De la magie dans l'air

C'est un beau samedi, chaud et ensoleillé, un temps idéal pour un après-midi de foot qui s'annonce passionnant. Il va vite devenir lumineux pour tous les supporters tricolores et les 51 359 spectateurs du stade de la Beaujoire. Comme la France, la Belgique (vice-championne d’Europe 1980) a réussi son entrée en lice en dominant la Yougoslavie (2-0). Cette rencontre devient donc une clé du groupe A. Privé de Le Roux et Amoros, Michel Hidalgo a dû revoir son organisation défensive : Fernandez prend place à droite, Battiston glisse dans l'axe avec Bossis, Domergue est titularisé à gauche, et Tigana devient libéro du milieu. Loin de les perturber, ce dispositif permet aux Bleus de réciter l'un de leurs meilleurs footballs. Dès la 4e minute, Platini ouvre le score d'une frappe du gauche (1-0). Le ton est donné. Le capitaine tricolore marque deux nouvelles fois, du droit sur penalty (4-0, 74e) et de la tête (5-0, 89e). Son premier triplé international. Entre-temps, Alain Giresse (2-0, 31e) et Luis Fernandez (3-0, 44e) ont également mis au supplice Jean-Marie Pfaff, gardien de Diables Rouges condamnés aux enfers par la démonstration de Bleus d’ores et déjà qualifiés pour les demi-finales. 

Michel Platini à la lutte avec le Belge Ludo Coeck, sous le regard de Luis Fernandez, à terre (photo staff/AFP).

La fiche du match

Samedi 16 juin 1984 (Nantes, stade de La Beaujoire)
France-Belgique : 5-0
Spectateurs : 51 539
Arbitre : Robert Valentine (Écosse)
Avertissements : Tigana (37e) à la France ; Nicolas Claessen (15e) à la Belgique
Buts : Platini (4e, 74e s.p., 89e), Giresse (33e), Fernandez (43e)

France : Joël Bats - Luis Fernandez, Patrick Battiston, Jean-François Domergue, Maxime Bossis  - Jean Tigana, Bernard Genghini puis Thierry Tusseau (79e), Alain Giresse, Michel Platini (cap.) - Bernard Lacombe puis Dominique Rocheteau (65e), Didier Six. Entraîneur : Michel Hidalgo
Non utilisés : Philippe Bergerôo, Albert Rust, Jean-Marc Ferreri, Daniel Bravo, Bruno Bellone.
Forfait : Yvon Le Roux
Suspendu : Manuel Amoros

Belgique : Jean-Marie Pfaff - Georges Grün, Walter De Greef, Paul Lambrichts, Michel De Wolf - René Vandereycken puis Ludo Coeck (46e), Frankie Vercauteren, Jan Ceulemans (cap.), Enzo Scifo puis René Verheyen (52e) - Nicolas Claessen, Erwin Vandenbergh. Entraîneur : Guy This

 

1er tour  - France - Yougoslavie 3-2

Super Platini remet ça

Entre une Équipe de France déjà qualifiée pour le dernier carré avec deux victoires et une Yougoslavie déjà éliminée avec deux défaites, le seul enjeu de ce troisième match de poule tient à la volonté des Bleus de signer une troisième victoire et de finir en tête de leur groupe. Mais est-ce la pression de jouer une première fois de leur histoire dans le « chaudron vert » de Saint-Étienne ? Toujours est-il que les Tricolores tardent à se libérer et sont même menés à la pause sur un but de Milos Sestic (0-1, 32e) qui met fin à 641 minutes d’invincibilité de Joël Bats d’une frappe dans la lucarne. Réorganisée tactiquement par Hidalgo, la France se lance en seconde période à l’assaut de la surface yougoslave. Et son « maestro » Platini va faire le reste. Positionné aux avant-postes, animé du désir de briller devant son ancien public, le capitaine tricolore enchaîne un but du pied gauche (1-1, 59e), une tête plongeante (2-1, 61e) et un but du pied droit sur coup franc (3-1, 76e) en... dix-sept minutes. Son deuxième « coup du chapeau » d’affilée. 

Michel Platini, héros de la soirée, salue le public de Geoffroy-Guichard devant Zoran Simovic, le gardien yougoslave, dépité (photo staff/AFP).

La fiche du match

Mardi 19 juin 1984 (Saint-Étienne, stade Geoffroy-Guichard)
France-Yougoslavie : 3-2
Spectateurs : 45 789
Arbitre : André Daina (Roumanie)
Buts : Platini (59e, 61e, 76e) pour la France ; Sestic (32e), D. Stojkovic (84e  s.p.) pour la Yougoslavie. 

France : Joël Bats - Luis Fernandez, Patrick Battiston, Jean-François Domergue, Maxime Bossis  - Jean Tigana, Alain Giresse, Michel Platini (cap.), Jean-Marc Ferreri puis Daniel Bravo (77e) - Dominique Rocheteau puis Thierry Tusseau (46e), Didier Six. Entraîneur : Michel Hidalgo
Non utilisés : Philippe Bergerôo, Albert Rust, Bernard Genghini, Bernard Lacombe, Bruno Bellone.
Forfait : Yvon Le Roux
Suspendu : Manuel Amoros

Yougoslavie : Zoran Simovic - Branko Miljus, Ljubomir Radanovic, Velimir Zajec, Nenad Stojkovic - Dragan Stojkovic, Ivan Gudelj, Milos Sestic (cap.), Mehmet Bazdarevic puis Srecko Katanec (84e) - Safet Susic, Zltako Vujovic puis Stjepan Deveric (60e). Entraîneur : Todor Veselinovic

Classement final du groupe 1: 1. France, 6 points (+ 7) ; 2. Danemark, 4 pts (+ 5) ; 3. Belgique, 2 points (- 4) ; 4. Yougoslavie, 0 point (- 8). 

 

Demi-finale - France - Portugal 3-2 a.p.

Un vent de folie

La France joue sa demi-finale à Marseille, où elle affronte le Portugal, deuxième de son groupe. Les premiers événements donnent raison à ceux qui font des Bleus les favoris de ce match : à la 24e minute, Jean-François Domergue entre en scène en expédiant un coup franc dans la lucarne du pied gauche (1-0). Mais les Tricolores, malgré de belles occasions, tardent ensuite à se mettre à l’abri d’un retour des Portugais. Ceux-ci finissent par égaliser par Jordao de la tête (1-1, 74e). Au cours de la prolongation qui suit, ce même Jordao donne l’avantage à son équipe d’une reprise de volée dont le rebond lobbe Bats (1-2, 98e). Stupeur dans le Vélodrome. Les Bleus se ruent alors à l’assaut. Sur un rush de Le Roux et Platini dans la surface, Domergue, à l’affût, rétablit l’équilibre (2-2, 114e), signant un doublé pour ses 27 ans. Quatre minutes plus tard, alors que les tirs au but se profilent, Tigana se lance dans une dernière course folle, transperce la défense côté droit et adresse un centre en retrait à Platini. En pivot, le numéro 10 ajuste Bento (119e). La France s’impose 3-2 dans une ambiance indescriptible et se qualifie pour la finale. 

Le doublé de Jordao (à gauche) n'empêchera pas Jean Tigana et les Bleus de se qualifier pour la finale au terme d'un match haletant (photo staff/AFP).

La fiche du match

Samedi 23 juin 1984 (Marseille, stade Vélodrome)
France-Portugal 3-2 a.p.
Spectateurs : 54 848
Arbitre : Paolo Bergamo (Italie)
Avertissements : Lacombe (44e) à la France ; Lima Pereira (26e), Eurico (89e), Gomes (104e) au Portugal
Buts : Domergue (25e, 115e), Platini (119e) pour la France ; Jordao (74e, 98e) pour le Portugal

France : Joël Bats - Patrick Battiston, Jean-François Domergue, Yvon Le Roux, Maxime Bossis  - Luis Fernandez, Jean Tigana, Alain Giresse, Michel Platini (cap.) - Bernard Lacombe puis Jean-Marc Ferreri (66e), Didier Six puis Bruno Bellone (101e). Entraîneur : Michel Hidalgo
Non utilisés : Philippe Bergerôo, Albert Rust, Thierry Tusseau, Bernard Genghini, Daniel Bravo, Dominique Rocheteau
Suspendu : Manuel Amoros 

Portugal : Manuel Bento - Joao Pinto, Gomes Eurico, Antonio Lima Pereira, Magalhaes Alvaro - Antonio Frasco, Jaime Pacheco, Antonio Sousa puis Néné (63e), Fernando Chalana, Miranda Diamentino puis Fernando Gomes (46e), Rui Manuel Jordao. Entraîneur : Fernando Cabrita

 

Finale - France-Espagne 2-0

Le jour de gloire est arrivé

Au matin de ce 27 juin 1984, le palmarès de l’Équipe de France est encore vierge de toute ligne, hormis celles accordées aux places d’honneur obtenues aux Coupes du monde 1958 (3e) et 1982 (4e). Mais à l’heure de disputer la finale de l’Euro contre l’Espagne, au Parc des Princes, les Bleus savent qu’ils ont rendez-vous avec l’histoire. Une première finale pour un premier titre majeur, en quatre-vingt ans d’existence depuis 1904. Le match est serré, tendu, et le pays guette un nouveau coup de génie de Platini pour le faire basculer. Et si c’était sur ce coup franc direct de la 57e minute à l’entrée de la surface ? Le capitaine tricolore arme son célèbre tir brossé du pied droit. Luis Arconada est sur la trajectoire, il va se saisir du ballon, peu appuyé. Mais très « travaillé », le cuir échappe des mains du gardien ibérique, glisse sous son ventre et franchit la ligne de quelques centimètres... Incroyable. L’Espagne met un genou à terre et mettra le second sur un contre victorieux et un ballon piqué de Bruno Bellone (2-0, 91e) en fin de match alors que les Tricolores évoluent à dix après l'exclusion d'Yvon Le Roux (85e). Les Bleus, sacrés champions d’Europe, soulèvent le Trophée Henri-Delaunay devant leur public. Historique ! 

Le moment où cette finale bascule : Luis Arconada vient de relâcher le coup franc de Michel Platini. Le ballon franchit la ligne de quelques centimètres... (photo staff/AFP)

 

La fiche du match

Mercredi 27 juin 1984 (Paris, Parc des Princes) 
France-Espagne 2-0
Spectateurs : 47 368
Arbitre : Vojtech Christov (Tchécoslovaquie)
Avertissements : Fernandez (26e), Le Roux (54e) à la France ; Gallego (26e), Carrasco (29e) à l’Espagne
Exclusion : Le Roux (85e)
Buts : Platini (57e), Bellone (90e)

France : Joël Bats - Patrick Battiston puis Manuel Amoros (72e), Jean-François Domergue, Yvon Le Roux, Maxime Bossis  - Luis Fernandez, Jean Tigana, Alain Giresse, Michel Platini (cap.) - Bernard Lacombe puis Bernard Genghini (80e), Bruno Bellone. Entraîneur : Michel Hidalgo
Non utilisés : Philippe Bergerôo, Albert Rust, Thierry Tusseau, Jean-Marc Ferreri, Daniel Bravo, Dominique Rocheteau

Espagne : Arconada (cap.) - Santiago Urkiaga, Navarro Salvador « Salva » puis Fernandez Roberto, Ricardo Gallego, José Antonio Camacho - Moreno Julio Alberto puis Manuel Sarabia, Victor Munoz, Juan Antonio Senor, Lopez Francisco - Alonso Carlos Santillana, Francisco Carrasco. Entraîneur : Miguel Munoz 

Euro 1984, les Bleus dans l'histoire
Les joueurs retenus pour l'Euro 1984
Euro 1984 : Hidalgo, à jamais premier
Maxime Bossis :"Une équipe à son summum"
Bruno Bellone : "Gravé dans ma vie"

fédération française de football - FFF
Crédit Agricole logo EDF logo Nike logo Orange logo PMU logo Volkswagen logo