Coupe de France

Dorian Lévêque : « Le respect s'arrête à 21h »

mercredi 12 mai 2021 - 13:00 - Richard LOYANT
Dorian Lévêque

Vainqueur en 2014 avec l’EA de Guingamp, l’arrière de Rumilly Vallières raconte l’épopée de son club de N2 à la veille d’affronter Monaco, jeudi 13 mai en demi-finale.

Il y a encore une demi-saison, Dorian Lévêque se maintenait en forme avec son club formateur du FC Annecy. Jusqu’à un coup de fil en janvier dernier de Fatsah Amghar, l’entraîneur du GFA Rumilly Vallières, convainquant le latéral gauche – vainqueur de la Coupe de France 2014 avec l’EA de Guingamp – de rejoindre les rangs du club haut-savoyard. Pour vivre à 31 ans une aventure inédite après avoir évolué à tous les niveaux, du National jusqu’à la Ligue Europa. 

À DEMI-FINALE, PRÉPARATION SPÉCIALE ?

« Comme pour les tours précédents »

« On prépare cette demi-finale de la même manière que tous les autres matches. On n’a rien changé avec, grosso modo, trois séances d’entraînement et un match amical par semaine, pour retrouver du rythme avant la compétition. On est resté exactement sur le même modèle qu’avant les tours précédents, à tous points de vue ».

LE FOOT EN TEMPS DE COVID

« Jouer n’est que du bonheur »

« Cette crise sanitaire nous a obligé à être dans l’adaptation permanente, à l’entraînement, au niveau des tests Covid, du championnat de National 2 qu’un coup on reprend puis que l’on ne reprend pas… Il nous a fallu trouver des matches amicaux "réglementés" contre des réserves et des clubs du National pour garder du rythme. Mais jouer n’est que du bonheur alors que la quasi-totalité des clubs de N2 et d’autres divisions n’ont pas pu le faire. On s’adapte et à partir du moment où l’on met de l’intensité dans nos entraînements et les matches amicaux, on s’approche le plus possible de l’opposition que l’on pourra avoir en compétition ».

Au tacle face au Puy F43 lors du 8e de finale remporté (4-0) contre l’équipe auvergnate du National 2 (photo Sébastien Ricou/APL/FFF).

LA TRANSMISSION DE L’EXPÉRIENCE

« Minibus pour le Stade de France, avec assurance annulation »

« Cela se passe d’une manière assez naturelle. Certains joueurs me parlent de la victoire en Coupe de France 2014. Il y en a toujours de plus curieux que d’autres et c’est avec plaisir que l’on en discute. Mais je ne vais pas de moi-même raconter mon passé. Ils savent que je l’ai remportée et je me fais aussi chambrer pour cela, un peu sur le mode "ramène la Coupe à la maison". Je leur ai dit que j’avais loué des minibus pour aller au Stade de France – avec l’assurance annulation, quand même [rires] – avant le 16e de finale contre Annecy [remporté 1-1, 6 tab 5]. Ils en rigolent encore aujourd’hui mais en se disant maintenant que l’on va peut-être y aller. Alors, j’ai dû maintenir l’assurance quand on a su que l’on tombait sur Monaco [nouveaux rires], mais on ne sait jamais. En réalité, c’est davantage sur le terrain que moi et d’autres pouvons avoir ce rôle d’"anciens" que l’on essaie de remplir, car il faut de tout pour constituer un groupe ».

En bleu à la lutte avec l’avant-centre international grec du Toulouse FC Efthymios Koulouris, lors du quart de finale remporté (2-0) contre l’équipe de Ligue 2 (photo Jeff Pachoud/AFP).

Le parcours du GFA Rumilly Vallières

4e tour : AS Divonnaise (R3) - GFA Rumilly Vallières 3-5
5e tour : Oyonnax PVFC (R3) - GFA Rumilly Vallières 0-1
6e tour : ES Manival (R2) - GFA Rumilly Vallières 0-3 (par forfait)
7e tour : FC Limonest Saint-Didier (National 3) - GFA Rumilly Vallières 0-0, 5 tab 6
8e tour : GFA Rumilly Vallières - AS Saint-Priest (National 3) 5-1
32es de finale : GFA Rumilly Vallières - AS Prix-les-Mézières (National 3) 0-0, 4 tab 2
16es de finale : GFA Rumilly Vallières - FC Annecy (National) 1-1, 6 tab 5
8es de finale : GFA Rumilly Vallières - Le Puy F43 (National 2) 4-0
Quarts de finale : GFA Rumilly Vallières - Toulouse FC (Ligue 2) 2-0
Demi-finales : GFA Rumilly Vallières - AS Monaco FC (Ligue 1), jeudi 13 mai au Parc des Sports d’Annecy (21h15, en direct sur France 2 et Eurosport 2)

HISTOIRE D’UN TRANSFERT

« Pour le plaisir »

« Après la fin de mon contrat au Mans FC, le FC Annecy – mon club formateur – a accepté de m’accueillir à ses entraînements pour garder du rythme. Je privilégiais un contrat à l’étranger, qui ne s’est pas conclu. Le coach de Rumilly m’a appelé et les choses se sont faites naturellement parce que j’avais avant tout envie de rejouer. Il ne m’a pas demandé de venir pour aller en demi-finale de la Coupe de France [rires] mais d’une saison à réaliser en N2, reprendre du plaisir et amener mon expérience, sans me mettre de pression. Tout était réuni : c’était près de mon domicile, je connaissais des gars de l’équipe, Rumilly est un club sérieux et structuré mais aussi familial… Notre équipe a beaucoup de qualités, le coach est garant du sérieux qu’il véhicule dans le groupe et de son plan de jeu, deux notions que je pense importantes. Avec cela et un brin de réussite – mais il en faut – on a déjà réalisé quelque chose de pas mal. Et aujourd’hui, ce plaisir, il est là ! »

BRANDIR LA COUPE DE FRANCE

« Un accomplissement global »

« C’est énormément de joie. La gagner avec Guingamp a été très particulier car on a vraiment construit un parcours en partant du National, réalisant les montées successives jusqu’en Ligue 1 et à brandir la Coupe avant, l’année d’après, sortir des poules d’Europa League pour pousser jusqu’en 16es de finale [sorti par le Dynamo Kiev 2-1, 1-3]. Cela a été un accomplissement global. Cette finale de Coupe en a été l’une des étapes mais aussi un moment incroyable, à une époque où le Paris Saint-Germain remportait tous les titres [Trophée des Champions, Coupe de la Ligue et championnat de Ligue 1 cette saison-là pour les Parisiens] ».

N° 7 lors de la finale victorieuse (0-2) en 2014 avec l’EA de Guingamp face au Stade Rennais FC (photo Archives FFF).

L’ADVERSAIRE AS MONACO FC

« Le respect s’arrêtera au coup d’envoi »

« Tout le monde était super content du tirage parce que cela sera un match de prestige pour l’ensemble du club. Il n’y a pas une excitation folle dans le groupe, ce n’est qu’une bonne chose qui nous arrive. La seule différence est autour du terrain, avec davantage de sollicitations des médias. Cela démontre que l’on a déjà réalisé quelque chose de grand, les joueurs sont en train d’en prendre conscience. Monaco est un très grand club. Ce match, on va le disputer dix fois et on le gagnera peut-être une fois, voire deux en étant très optimiste. Mais le respect s’arrêtera jeudi au coup d’envoi. Je pense que l’on va passer aux tirs au but… ».

Dorian Lévêque en bref

Né le : 22 novembre 1989 à Hyères (Var).
Parcours : Annecy FC (septembre 1997-juin 2002), US Annecy-le-Vieux (juillet 2002-juin 2006), Annecy FC (juillet 2006-juin 2008), US Boulogne CO (juillet 2008-juin 2010), EA Guingamp (juillet 2010-juin 2017), PAOK Salonique (Grèce, juillet 2017-janvier 2019), Annecy FC (février 2019-juin 2019), Le Mans FC (juillet 2019-juin 2020), GFA Rumilly Vallières (depuis janvier 2021).
Palmarès : Coupe de France 2014 (EA de Guingamp).

fédération française de football - FFF
Crédit Agricole logo EDF logo Nike logo Orange logo Volkswagen logo