ÉQUIPE DE FRANCE FUTSAL

Mouhoudine : « La plus belle des affiches »

mercredi 6 avril 2022 - 12:08 - Jérôme MILLAGOU
Equipe de France Futsal

À quelques heures de France-Brésil à Toulon (21h05), le meneur de jeu des Bleus évoque ce match contre le numéro un mondial « qui fait rêver toute l'équipe ».

C’est sans doute le plus brésilien des Bleus : le meneur de jeu Souheil Mouhoudine (68 sélections, 33 buts) est une pièce maîtresse du projet insufflé par Raphaël Reynaud depuis le début de la saison. À 27 ans, il attend impatience et délectation le France-Brésil de ce soir (21h05 au Palais des Sports de Toulon, en direct sur Futsal Zone) et dévoile sa personnalité, solaire, souriante et altruiste.

Le Brésil, le match à ne pas rater

« C’est la meilleure nation (numéro 1 au classement FIFA, cinq fois championne du monde). C’est un peu la vitrine de ce sport. Ce sont des joueurs qu’on a vu à la télé, qu’on a admirés, qu’on a regardés pendant des Coupes du monde, des Copa America. C’est le match que n’importe quel joueur de futsal veut jouer. Il n’y’a pas plus belle affiche. On voudra se frotter, aussi dans les années à venir, au Portugal (double champion d’Europe et champion du monde en titre) ou à l’Espagne. Mais je pense que le Brésil, c’est l’affiche qui fait rêver pas mal de joueurs de Futsal et qui fait rêver toute l’équipe. »

Des idoles do Brazil

« Les Brésiliens, ce sont des joueurs qui m’ont inspiré quand je jouais au foot à 11 : Robinho, Ronaldinho surtout. Quand j’étais jeune, j’aimais beaucoup Beckham aussi. Il y avait pas mal de grands joueurs, Zidane aussi bien sûr. Il a marqué le sport, c’est peut-être le seul joueur français que les Brésiliens et les autres nations respectaient énormément. Il a servi d’exemple. Mon influence brésilienne, elle est autant liée à leur jeu, à leur technique qu’à leur état d’esprit, leur convivialité, leur façon d’être dans le vestiaire, détendus et souriants toujours avec leur musique, un peu comme on essaie d’être au Futsal. On est vraiment relax. Et au niveau du style de jeu, avec tous les dribbleurs que l’on a dans l’équipe, on se reconnaît un peu dans leur style, en tous cas moi ça me parle. Ce plaisir de jouer. Quand on regarde, même en Ligue 1 des Neymar ou Paqueta, on on voit qu’ils prennent énormément de plaisir et c’est ce ce côté-là qu’on va retrouver ce soir au Palais des sports de Toulon. J’espère juste avoir ce sourire là aussi à la fin du match (sourire)

J’écoute pas mal de musique brésilienne aussi. En club j’ai pas mal de coéquipiers brésiliens avec qui je m’entends bien donc forcément on apprend un peu la langue aussi. On a ce petit côté brésilien en bleu aussi mais on a notre propre identité et ça va être un super défi de se mesurer enfin à eux.

 

L’ambition de rivaliser

« Ca va être un super défi de se mesurer enfin à eux. Pour la promotion de notre discipline, on a envie de montrer notre plus beau visage à tout le monde. On a de l’ambition. C’est le cœur de notre projet et de notre projet de jeu mis en place depuis le début de la saison. Jouer haut, ne pas subir et ne pas rougir, toujours montrer de belles valeurs et aller chercher la victoire. Souvent, contre les grosses nations, l’Espagne à l’Euro 2018 (match nul 4-4), le Portugal en amical en 2019 (défaites 2-1 et 4-3), en Argentine quand on est allé là-bas (défaite 4-1 et résultat nul 4-4), on arrive à montrer de belles choses, mais il nous manque toujours ce petit truc, soit ce petit manque de concentration jusqu’à la fin, soit cette occasion qu’on va rater alors que pour les grosses nations une occasion c’est un but alors que nous, il nous en faut deux ou trois. C’est sur ce point que le match va se jouer, sur l’efficacité devant le but. »

Sept victoires consécutives en Bleu

« Le nouveau coach est arrivé avec son projet. Tout le monde a été un peu surpris au début mais ça nous a plu. Ca nous donne confiance. Ca nous pousse a inverser les tendances et à être respecté partout désormais. On a encore fait une prestation très solide contre la Slovénie lundi à Toulon. J’étais là lors de la dernière défaite (8-1 chez eux) donc c’était une grosse satisfaction personnelle de battre ces Slovènes (2-1), une satisfaction que l’on partage avec bonheur avec nos supporters. Le fait d’avoir gagné ce premier titre aux Pays-Bas (le Tournoi des 4 nations en décembre dernier) puis d’avoir enchaîné avec la victoire dans le tournoi en Croatie a montré à tout le monde qu’on est vraiment prêts à pouvoir chatouiller toutes les grosses nations désormais. La confrontation contre le Brésil tombe donc à pic. »

 

fédération française de football - FFF
Crédit Agricole logo EDF logo Nike logo Orange logo Uber Eats logo Volkswagen logo