Terrier : "J’ai ressenti un déclic"

EJ0A4043 2_modifié-1.jpg

vendredi 19 mai 2017 - 19:00 - Pierre Bougeois

Martin Terrier, qui n’avait jusqu’à présent jamais été retenu en équipes de France, s’apprête à disputer le Mondial U20 avec la sélection tricolore. Licencié au LOSC depuis ses 6 ans, l’attaquant lillois se confie à propos de cette nouvelle aventure.

C’est votre première apparition en sélection nationale.
"Cela prouve qu'il ne faut jamais cesser d’y croire ! On dit souvent que pour intégrer l’Equipe de France il faut commencer tôt, passer par toutes les sélections… A 20 ans j’ai la chance de faire partie des exceptions et de participer à une phase finale de Coupe du Monde. Je ressens une fierté inouïe. Pour tout joueur français c’est un honneur d’être appelé en Equipe de France."

Vous avez toujours cru en vos chances ?
"En janvier, j’ai vu passer mon nom dans un article recensant les joueurs ayant une chance d’être retenus pour le Mondial. Ca a été un petit déclic, ça m’a donné confiance. J’ai compris que je n’avais pas forcément raté le train et que je pouvais rattraper le wagon de la sélection. Ma présence dans le groupe aujourd’hui, c’est la récompense de mon travail au quotidien."

Comment avez-vous réagi en apprenant que vous seriez du voyage en Corée du Sud ?
"La veille de l’annonce de la liste, le sélectionneur Ludovic Batelli m’a appelé pour me prévenir. J’ai immédiatement informé mes parents ! Si j’ai la chance d’honorer ma première sélection, j’aurai forcément une grosse pensée pour eux. Depuis que je suis tout petit, ils ont fourni de gros efforts pour me permettre de vivre ma passion. Ma réussite c’est aussi un peu la leur."

Vous connaissiez beaucoup de joueurs avant d’intégrer l’équipe ?
"Pas personnellement, mais j’en ai déjà affronté certains en catégories de jeunes. J’ai également croisé Christopher (Nkunku) et Jean-Kevin (Augustin) cette saison au Parc des Princes lors de ma première titularisation. Hormis les Parisiens, j’ai déjà joué plusieurs fois contre Lucas (Tousart) lorsqu’il évoluait à Valenciennes. Lille-Valencienne c’est un derby, ça reste forcément en mémoire, d’autant que j’évoluais au poste de numéro 10 et qu’il me marquait à la culotte !"

Que pensez-vous pouvoir apporter à la sélection ?
"Des buts ! J’adore faire trembler les filets. J’ai toujours été adroit devant la cage, mais j’ai passé un palier grâce à mon entraîneur en U19 qui m’a donné de précieux conseils, surtout au niveau de la finesse. Je ne frappe pas forcément fort, j’essaye de placer le mieux possible le ballon pour poser des difficultés au gardien adverse. Je suis aussi très à l’écoute des consignes et polyvalent sur le front de l’attaque, je peux offrir plusieurs options tactiques."