Cécifoot

Yvan Wouandji : « La crème du sport »

vendredi 27 août 2021 - 12:00 - Richard LOYANT
Yvan Wouandji équipe de France cécifoot

Pilier des Bleus cécifoot depuis une décennie, Yvan Wouandji va disputer à Tokyo ses deuxièmes Jeux paralympiques, après Londres 2012. Il raconte son sport, les Jeux et les ambitions tricolores.

En équipe de France cécifoot* depuis 2010, vice-champion paralympique à Londres en 2012, le natif de Douala (Cameroun) va disputer à Tokyo ses deuxièmes Jeux paralympiques à partir du dimanche 29 août. Attaquant de 28 ans vif, technique et doté d’un rare sens du but, Yvan Wouandji raconte les attentes tricolores, la préparation de la sélection et son rôle d’ambassadeur des Jeux olympiques Paris 2024.

LES JEUX PARALYMPIQUES

« Face aux meilleurs devant le monde entier »

« C’est le top ! Les meilleurs nations et joueurs du circuit sont rassemblés, la médiatisation, la visibilité et l’exposition sont incomparables… Ces Jeux permettent aussi de montrer la performance autour du handicap, l’engagement et l’intensité que l’on peut mettre sur le terrain… C’est la crème du cécifoot et du sport, encore plus pour nous. Il y a beaucoup plus d’enjeux pour un sportif handicapé car c’est la seule compétition qui fédère autant de médias et d’exposition au grand public. Qu’un joueur de foot valide ou un Usain Bolt fassent les championnats du monde ou les Jeux olympiques, c’est un peu pareil. Ils seront autant médiatisés. Alors que pour nous, c’est le seul créneau tous les quatre ans pour nous confronter aux meilleurs devant le monde entier ».

3
phases finales aux Jeux paralympiques de l’équipe de France cécifoot.
2
sa place aux Jeux paralympiques de Londres 2012 (médaillée d’argent).
5
son rang aux Jeux d’Athènes 2004 pour sa première participation.

L’ATMOSPHÈRE DES JEUX

« Tous derrière une même nation »

« Elle est très particulière car c’est le seul moment où l'on côtoie des athlètes de différentes disciplines, avec un engouement spécial parce que l’on peut encourager nos compatriotes qui concourent dans d’autres spécialités. Tout un engouement se crée, avec les temps conviviaux des repas, des échanges si l’on on a un peu de temps libre… On retrouve un esprit famille en équipe, un vrai collectif où tout le monde est derrière une même nation avec drapeaux, chants et encouragements, peu importe la discipline… C’est l’envie de faire briller nos couleurs et de mettre du baume au cœur des Français par nos performances collectives ».

La sélection tricolore à Tokyo, peu après son arrivée au Japon le lundi 23 août (Cécifoot France Officiel / cecifoot-france.fr / Benjamin Maire).

L’OBJECTIF POUR TOKYO

« Sortir du groupe le plus relevé »

« Ce seront mes deuxièmes Jeux après ceux de Londres en 2012, d’où l’on avait ramené la médaille d’argent. L’objectif est de réaliser la plus belle performance possible, en sachant que nous sommes tombés dans le groupe le plus relevé avec le Brésil champion olympique, la Chine championne d’Asie et le Japon pays organisateur. On fera au mieux et on va tout faire pour passer. C’est un groupe compliqué mais dans lequel nous avons toutes nos chances ».

LES ADVERSAIRES DU GROUPE

« Pas simple mais on y croit »

« Le Japon est l’un des plus récents pays à avoir créé son équipe nationale, il y a une douzaine d’années. Mais les Japonais marchent bien, ils ont un bon groupe avec un encadrement rigoureux et ils sont motivés en tant qu'organisateurs. On a perdu en amical chez eux fin mai un match très instructif (1-0). Ils ont une très bonne défense, bien regroupée, qui ne commet pas beaucoup de fautes. On espère que le résultat nous sera favorable. Ensuite, on affrontera la Chine, une très bonne équipe avec des individualités très fortes, capables de redoutables touchés et conduites de balle. On avait fait 0-0 au Jeux de Londres, cela remonte un peu mais cela reste une grosse formation avec un incroyable vivier de joueurs. Restera à affronter le Brésil, un cador que l’on ne présente plus. Cela ne sera pas simple mais on y croit ». 

Le calendrier des Jeux paralympiques cécifoot

Groupe A
Dimanche 29 août : Japon-France ; Brésil-Chine (à partir de 2h00).
Lundi 30 août : Chine-France ; Brésil-Japon (à partir de 2h00).
Mardi 31 août : Japon-Chine ; France-Brésil (à partir de 2h00).

Groupe B
Dimanche 29 août : Argentine-Maroc (9h30) ; Espagne-Thaïlande (12h30).
Lundi 30 août : Thaïlande-Maroc (11h00) ; Espagne-Argentine (14h00).
Mardi 31 août : Argentine-Thaïlande (11h00) ; Maroc-Espagne (12h30).

Matches de classement : jeudi 2 septembre, 7e-8e puis 5e-6e (à partir de 2h00).
Demi-finales : jeudi 2 septembre, 1er GA-2e GB (9h30) ; 1er GB-2e GA (12h30).
Match pour la 3e place : samedi 4 septembre (4h30).
Finale : samedi 4 septembre (10h30).

LES FORCES DES BLEUS

« Osmose et confiance mutuelle »

« Au-delà des individualités, on a la force du collectif. On constitue un véritable groupe, soudé, avec aussi tout le staff qui nous suit. La véritable force de cette équipe est dans l’osmose, l’alchimie entre les joueurs et le staff, cette confiance mutuelle qui s’est créée entre tous. Même face à des équipes a priori plus cotées, c’est par cette force du groupe et grâce à nos joueurs de qualité que l’on hissera notre niveau ».

SE PRÉPARER EN PÉRIODE DE COVID

« Frustrant et pas évident »

« Cela a été très particulier. Après s’être qualifiés en octobre 2019, on a continué à s’entraîner comme on l’a pu, en respectant les règles sanitaires, jusqu’en mai 2020. Au début du confinement, les Jeux étaient encore maintenus aux mois d’août et septembre suivants. Quand on appris leur report, et peut-être même leur annulation, on a d’abord a été frustrés. Puis, on a vu que l’on aurait plus de temps pour travailler afin d’affiner la technique, la tactique, les schémas de jeu… On a soufflé deux-trois mois mais cela a été frustrant. On aime avant tout jouer, comme tous les joueurs depuis le plus petit niveau amateur. On a redémarré par des stages en septembre, sans pouvoir forcément s’entraîner car les terrains n’étaient pas toujours ouverts aux créneaux où nous étions disponibles. Cette période n’a pas été évidente mais l'accès aux terrains a été plus facile, en tant que sélection. D’autres sportifs ou personnes l’ont beaucoup plus mal vécu ».

AMBASSADEUR DES JEUX 2024

« Transmettre les valeurs du sport »

« J’interviens lors des manifestions organisées par le Comité d’organisation de ces Jeux sous l’aspect football. J’initie, je fais découvrir le cécifoot à des personnalités, au grand public et aux enfants. Mon rôle consiste à mieux faire mieux connaître notre sport, à donner les clés des valeurs du sport au-delà de ma discipline, à parler du handicap de manière globale… Ma mission est celle d’un citoyen sportif engagé, qui doit transmettre des valeurs et inciter les gamins et les adultes à faire du sport parce que c’est bon pour leur santé et leur bien-être, et à dire aux gens qu’ils peuvent s’impliquer – peu importe leur situation physique – et s’engager en tant que sportif, bénévole, coach, arbitre dans n’importe quelle discipline. C’est à la portée de tout le monde si l’on veut s’en donner les moyens et si l’on y croit. Paris 2024 n’est pas un circuit fermé, on va accueillir des gens du monde entier autour du sport, chacun pourra concourir ou s’impliquer d’une manière ou d’une autre, sur le terrain ou en dehors comme bénévole ou encadrant ».

Sportif accompli et joueur citoyen (Martin Bureau/AFP).

Yvan Wouandji en bref

Né le : 28 avril 1993 à Douala (Cameroun).
Clubs : AVH Paris Cécifoot (2008-2011), AS Cécifoot Saint-Mandé (depuis 2011).
Palmarès en sélection : médaille d’argent des Jeux paralympiques de Londres 2012, vice-champion du monde 2011, champion d’Europe 2011, finaliste de la Coupe d’Europe 2013, vice-champion d’Europe 2019.
Palmarès en club : championnat de France 2015 (AS Cécifoot Saint-Mandé), Coupe de France 2011 (AVH Paris Cécifoot).
Distinctions : meilleur joueur du championnat de France 2019, meilleur Espoir du championnat de France 2010, chevalier de l’Ordre du mérite (2013).

*Sous l'égide de la Fédération Française Handisport.

fédération française de football - FFF
Crédit Agricole logo EDF logo Nike logo Orange logo Volkswagen logo