Assistance vidéo en Coupe de France

Assistance vidéo en Coupe de France

assistance vidéo.jpg

mardi 27 février 2018 - 14:00 -

Les arbitres des matches des quarts de finale de la Coupe de France, mardi, mercredi et jeudi, officieront avec l'appui de l’assistance vidéo. Une première dans cette compétition. 

Pour la première fois en Coupe de France, les arbitres pourront utiliser l’assistance vidéo à l'occasion des rencontres des quarts de finale prévues mardi, mercredi et jeudi (Les Herbiers Vendée-RC Lens ; FC Chambly-RC Strasbourg ; Paris Saint Germain-Olympique de Marseille ; SM Caen-Olympique Lyonnais).

Les directeurs de jeu disposeront également de cet outil pour les demi-finales (mardi 17 et mercredi 18 avril) et la finale (mardi 8 mai, au Stade de France).

Cette saison, l'assistance vidéo a déjà été utilisée lors des quarts de finale de la Coupe de la Ligue, les mardi 9 et mercredi 10 janvier.

Rappelons que l’assistance vidéo ne peut intervenir que dans quatre situations précises :

  • après un but ;
  • sur une situation de pénalty sifflée ou non ;
  • sur une exclusion directe (pas de deuxième carton jaune) ;
  • sur une erreur d’identité.

La décision initiale de l’arbitre ne peut être corrigée que si les images démontrent une erreur évidente. Pour signaler le recours à l’assistance vidéo, l’arbitre utilise le signal du doigt sur l'oreillette lors d’un contrôle, puis le signal de l'ecran TV lorsqu’un visionnage complet est en cours.

 

Les principes de l'assistance vidéo

- La vidéo n’a pas pour objectif d’obtenir que toutes les décisions arbitrales soient correctes, mais doit uniquement corriger de manière irréfutable les décisions clairement erronées.
- Pour préserver la fluidité du jeu et les émotions du football, la vidéo n’a pas vocation à « réarbitrer » les matches.
- L’arbitre, qui demeure le dernier décisionnaire, dirige le match et doit prendre ses décisions sans se préoccuper de la vidéo. Une fois ses décisions prises, il doit avoir conscience de la possibilité d’être assisté par la vidéo.