« Possible de gagner la Coupe du monde »

« Possible de gagner la Coupe du monde »

Web_000_16J0RG.jpg

dimanche 24 juin 2018 - 12:01 -

Paul Pogba et Corentin Tolisso ont participé au point presse du jour, au musée New Jerusalem d'Istra, à quarante-huit heures de leur dernier match de groupe face au Danemark, mardi 26 juin à Moscou (16h00 en France, 17h00 locales, en direct sur TF1).

La découverte du Mondial
Corentin Tolisso :
« C'était une première pour moi en Coupe du monde, peut-être que j’ai mal abordé ce premier match, que ma préparation n'était pas la meilleure. J'ai remarqué que techniquement, la réalisation n'était pas très bonne, moins en tout cas que lors des précédents matches. Il faut que je joue libéré, comme en préparation. J'ai bien analysé le match contre l'Australie, je sais ce qu'il ne faut pas refaire, et peut-être être plus concentré. Ensuite, c'était logique que Blaise Matuidi joue contre le Pérou, mais rien n'est fini. Bien sûr que j'ai encore envie de jouer dans ce Mondial, à moi maintenant de démontrer au coach que je peux rentrer, que je suis focalisé sur cette Coupe du monde et que je peux refaire le même genre de performances que j'ai pu réaliser en préparation. Chaque joueur est concerné dans ce groupe France et a envie de jouer tous les matches, c'est normal. Je ne perds pas espoir, à moi de démontrer sur le terrain que le coach a raison de me faire confiance ».

Le niveau de l’Équipe de France
Corentin Tolisso :
« Le premier match a été compliqué après une grosse préparation physique. C’était en début d’après-midi, le temps était un peu lourd, les conditions de jeu difficiles. Le deuxième a été mieux, surtout défensivement, avec un bloc plus compact et des courses mieux coordonnées. On sait qu'il faut aller dans le même sens. Aujourd'hui, on est en forme et on est prêt, mais on peut toujours faire mieux. Marquer trois buts, c’est bien, mais le plus important, c’est de gagner les matches : que ce soit 1-0 ou 5-0, cela fait toujours trois points. Et il ne faut pas non plus sous-estimer les équipes contre lesquelles on a joué ».

L’équipe à éviter en huitièmes de finale
Corentin Tolisso :
« Sur ce que l'on a pu voir dans ce groupe D, la Croatie ressort. C’est pour cela qu’il ne faut surtout pas finir deuxième. Après, entre le Nigeria, l'Islande ou l'Argentine, ce ne sont que de bonnes équipes. L’Argentine a de fortes individualités, notamment Messi. On sait que ce sera difficile, peu importe l’adversaire ».
Paul Pogba : « L'équipe en forme, c’est la Croatie. Ils sont forts, ils ont battu l'Argentine. Mais il n’y a pas de petites équipes, que ce soit contre le Nigeria, la Croatie, l'Argentine ou l'Islande, on sait que ce sera difficile ».

Son rôle en Équipe de France
Paul Pogba :
« Je peux jouer à droite, à gauche, plus ou moins haut... Mais il y a onze joueurs sur le terrain, je ne peux pas en même temps être attaquant, défenseur, marquer et faire marquer. Je vais prendre du plaisir, oublier les critiques. C'est peut-être ma dernière Coupe du monde, je ne sais pas, personne ne le sait. Après, c'est le terrain qui parle. Je vais donner mon maximum pour ce maillot, pour cette équipe et pour la France. Je veux vraiment gagner cette Coupe du monde. Je dois prendre des responsabilités sur le terrain, comme chaque joueur. On sait ce que l'on doit faire et c'est là que l’on peut aider l'équipe le plus possible.
« Je ne joue pas un rôle, je suis moi. Je m’épanouis, je prends du plaisir, j'ai toujours aimé rigoler, sourire, danser. Et le plus important, jouer au foot. Jouer une Coupe du monde, c'est un rêve de gosse, il faut en profiter au maximum. Je suis réaliste, on ne sait pas ce qu'il peut se passer demain. Peut-être que je peux être blessé, pas appelé ... J'ai la chance de disputer ma deuxième Coupe du monde alors que certains n'en font aucune. J'espère quand même que ce n'est pas ma dernière ».

L’objectif
Paul Pogba :
« Toutes les grosses équipes ne viennent pas pour danser ou être juste là, mais pour la gagner. On a des joueurs de qualité, un bon groupe, donc c'est possible de la gagner. On sait que ça ne va pas être facile, il n'y a pas de petites équipes, ni de joueurs moyens. Je sais que l'on peut le faire, mais il y a encore beaucoup de chemin. Il va falloir se battre ».