13 avril 1924, à jamais la première pour l'OM

13 avril 1924, à jamais la première pour l'OM

OM1.JPG

lundi 13 avril 2020 - 08:30 -

Marseille, qui ne partait pourtant pas favori face à Sète, s’adjuge sa première victoire en finale de la Coupe de France.

Les presque 30000 spectateurs qui se sont amassés dans les travées du Stade Pershing, dans le bois de Vincennes à Paris, pour la septième finale de la Coupe de France ne sont certain que d’une chose lorsque M. Fourgoux donne le coup d’envoi de la rencontre entre Sète (qui s’écrit alors Cette) et l’Olympique de Marseille. Le vainqueur sera le premier club provincial à graver son nom au palmarès d’une épreuve, remportée jusqu’ici par Pantin (1918), le CA Paris (1919 et 1920) et le Red Star (1921, 1922, 1923).

Sète jouit d’une solide réputation, celle d’une équipe très au point collectivement, très sûre techniquement. Sur le papier, les Marseillais ne partent pas favoris. Plutôt que de s’exposer au talent des Sètois, les Olympiens vont chercher à rivaliser en faisant montre d’une combativité et d’un réalisme de tous les instants. Ce, dès la troisième minute de jeu : Subrini alerte Crut qui trompe Henric.

Le coup franc de Crut

L’OM mène 1-0 mais Cazal, à l’affût d’une frappe de Caballero relâchée par Bobby de Ruymbecke (grand-père du juge Renaud Van Ruymbecke), égalise. On se dit alors que Sète est vraiment entré dans son match. Pourtant, juste avant la pause, Boyer, en contre, redonne l’avantage à l’OM (2-1). Sète va recoller une seconde fois, grâce à l’involontaire complicité de Torta (67e) mais ne fera jamais la différence. Et durant la prolongation, Crut, sur coup franc, donnera la victoire à l’OM. La victoire du cœur et des tripes.

« Tout le monde était convaincu de la supériorité technique des Cettois sur les Marseillais. Ceux-ci en étaient aussi persuadés que quiconque. Aussi essayèrent-ils de brouiller les cartes et d'adapter, pour tenir en échec les favoris de l'épreuve (...) Cette essaya de combiner, de s'organiser, d'imposer une tactique pondérée, raisonnée, ordonnée ; Marseille ne l'entendit pas ainsi et persévéra dans son dessein jusqu'à la dernière minute de jeu. Marseille voulait gagner la Coupe de France ; Cette avait le souci du beau jeu, d'une exhibition de football convenable, Marseille ne se souciait que du résultat. Cette se comporta le plus souvent en équipe, Marseille défendit sa chance en bloc », jugera Gabriel Hanot, dans les colonnes du Miroir des Sports, le lendemain de la victoire marseillaise, tandis que l'OM de Marino Dallaporta regagnait la ville avec la Coupe Charles-Simon.

Ils eurent droit à un accueil triomphal gare Saint-Charles où les attendaient plusieurs milliers de Marseillais fiers de leur succès acquis grâce aux buts de Crut et Boyer, deux attaquants, que leurs dirigeants étaient allés recruter un an plus tôt à… Paris.

La fiche technique

MARSEILLE - SETE 3-2 (2-1, 2-2)

Stade Pershing (Paris). 30 000 spectateurs environ. Arbitre : M. Fourgoux

BUTS pour Marseille : Crut (3e, 110e), Boyer (42e)

BUT pour Sète : Cazal (15e), Torta (c. s. c., 67e)

MARSEILLE : B. De Ruynbecke - Jacquier, Seitz - Blanc, Cabassu, Torta - Michel, Boyer, Subrini, Crut, D. De Ruynbecke

SETE : Henric - Granier, Hewitt - Parachini, Domergue, Jourda - Cornelius, Cazal, Caballero, Dangles, Gibson