7 juin 2019, le Mondial, Jain et un clapping

7 juin 2019, le Mondial, Jain et un clapping

Web main_Photo de couv et photo 16 Claping Simon Morcel FFF.jpg

dimanche 7 juin 2020 - 09:00 -

Les Bleues ont entamé leur Coupe du monde – la première en France – par un succès convaincant face à la Corée du Sud (4-0) dans un Parc des Princes conquis.

C’est un souvenir récent qui semble cependant lointain dans le contexte sanitaire actuel. Il y a un an jour pour jour s’ouvrait la 8e édition de la Coupe du monde féminine de football de la FIFA, la première organisée sur le sol français. Neuf villes hôtes, vingt-quatre équipes participantes, cinquante-deux rencontres programmées entre le 7 juin et le 7 juillet 2019. Plus d’un million de spectateurs en France ont assisté à la compétition et plus d’un milliard de téléspectateurs dans le monde l’ont suivie jusqu’à Lyon, où avait lieu la finale. Mais tout a commencé à Paris, le 7 juin, avec en ouverture l’Équipe de France féminine dirigée par Corinne Diacre. Retour en images sur cette journée.

Habillé aux couleurs de la Coupe du monde féminine 2019, le Parc des Princes est l’un des neuf stades hôtes de la compétition. Il accueillera sept rencontres.


Photo FFF/Antonio Mesa.

Lors du déjeuner, les Bleues et leur staff reçoivent la visite de Noël Le Graët, le président de la Fédération Française de Football, venu les encourager avant leur entrée en lice.

Arrivées au stade, les joueuses de l’Équipe de France foulent la pelouse et prennent leurs repères.

Les vestiaires du Parc des Princes ont subi un relooking pour se parer aux couleurs du Mondial 2019. 

La cérémonie d’ouverture a démarré. Au milieu de la chorégraphie, les figurants laissent apparaître la chanteuse Jain.

Dans sa combinaison bleue, Jain interprètera trois de ses morceaux.

Quelques minutes avant l’entrée des deux équipes, la cérémonie d’ouverture a mobilisé plus de 200 figurants sur la pelouse du Parc des Princes dans un show exceptionnel achevé par le passage de la Patrouille de France et quelques feux d’artifice.

Le onze de départ de l’Équipe de France face à la Corée du Sud. Au premier plan : Delphine Cascarino, Élise Bussaglia, Eugénie Le Sommer, Marion Torrent et Griedge Mbock. Debouts : Sarah Bouhaddi, Amel Majri, Wendie Renard, Kadidiatou Diani, Amandine Henry et Gaëtane Thiney (de gauche à droite).

Noël Le Graët, le président de la FFF, Gianni Infantino, son homologue de la FIFA, et Emmanuel Macron, le président de la République, ont pris place en tribune présidentielle.

Avant le coup d’envoi, les Bleues se rassemblent pour s’encourager.

Nommée sélectionneure de l’Équipe de France à l’été 2017, Corinne Diacre vit sa première Coupe du monde en tant que coach, après avoir disputé celle de 2003 aux États-Unis comme joueuse.

Eugénie Le Sommer déborde ses adversaires sud-coréennes. C’est elle qui va ouvrir le score dès la 9e minute sur une passe d’Amandine Henry.

Wendie Renard s’envole plus haut que la défense adverse et s’en va marquer un doublé de la tête (2-0, 35e puis 3-0, 45e).

En fin de rencontre, Amandine Henry marque d’une frappe enroulée (4-0, 85e). La capitaine des Bleues dessine un cœur avec les doigts pour célébrer son but…

…Et n’oublie pas d’aller le fêter avec les remplaçantes sur le banc.

Avec ce 4-0, les Françaises ont parfaitement entamé leur Coupe du monde. Emballés, les 45 261 spectateurs du Parc des Princes en redemandent. La soirée s’achève sur une belle communion autour d’un clapping (photo principale). Trois semaines plus tard, les Bleues retrouveront le Parc pour leur quart de finale face aux États-Unis (perdu 1-2), futurs vainqueurs de l’épreuve.

La rétro du football français

Stéphanie Frappart nommée en Ligue 1

Le 7 juin 2019 est aussi une date historique pour l’arbitrage français. Suivant la proposition de la Commission fédérale des arbitres (CFA), le Comité exécutif de la FFF, réuni ce jour-là, a promu Stéphanie Frappart en Ligue 1 à compter de la saison 2019-2020. Cette dernière est ainsi devenue la première arbitre Fédéral 1 dans l’histoire du football français. "Depuis son arrivée en Ligue 2 en 2014, elle a suivi une progression constante, avait déclaré Éric Borghini, le président de la CFA. Sa promotion est le fruit de son travail, de sa rigueur et de ses qualités développées sous la direction de la Direction technique de l’arbitrage."


Photo AFP/Jean-François Monier.


"Fière et honorée de cette nomination", Stéphanie Frappart avait jugé qu’être la première femme à devenir arbitre de Ligue 1 était "à la fois un privilège, un honneur et une responsabilité". Un mois plus tard, elle allait vivre une autre expérience inédite. Figurant parmi les arbitres retenues pour arbitrer la Coupe du monde féminine de la FIFA organisée en France, elle se hissera jusqu’en finale pour diriger États-Unis-Pays-Bas à Lyon (2-0). À 36 ans, l’arbitre centrale internationale a notamment dirigé dix-huit rencontres de Ligue 1 cette saison.