26 juin 2016 : signé "DD"

26 juin 2016 : signé "DD"

Didier Deschamps

vendredi 26 juin 2020 - 08:30 -

Le 26 juin 2016, la France est menée 0-1 à la mi-temps de son 8e de finale de l’Euro contre l’Irlande. Les choix de Didier Deschamps vont s’avérer payants.

Si ce n’est pas la crainte qui habite les supporters français présents à Lyon-Décines lorsque Nicolas Rizzoli renvoie Français et Irlandais aux vestiaires à l’issue d’une première période globalement ratée par les Bleus, ça y ressemble beaucoup.

Leurs homologues irlandais, eux, sont confiants. Ils chantent aussi fort qu’ils croient aux chances de qualification de leur équipe pour les quarts de finale. Robert Brady a ouvert la marque sur penalty dès la 2e minute (photo ci-dessous), à la suite d’une faute de Paul Pogba sur Shane Long. Si les Français ont dominé les débats par la suite, Darren Randolph n’a pas eu à multiplier les parades pour éviter l’égalisation, à l’inverse de Hugo Lloris devant Daryl Murphy (22e).


L'ouverture du score irlandaise sur penalty insinue le doute dans le camp tricolore. (Photo Franck Fife/AFP).

Replacé dans l’axe, Griezmann signe un doublé

Pour l’Équipe de France, une élimination à domicile en 8e de finale serait un échec. Mais Didier Deschamps n’est pas du genre à trembler à la vue du vide. Le sélectionneur français, qui avait opté pour un 4-3-3 avec Blaise Matuidi à droite pour placer Paul Pogba sur le côté gauche qu’il occupe alors également avec la Juventus Turin, décide de revoir totalement son système. Exit le 4-3-3 et place à un 4-2-3-1 qui rapproche Antoine Griezmann d’Olivier Giroud dans l’axe. Matuidi et Pogba retrouvent leur zone habituelle en sélection, N’Golo Kanté laisse sa place à Kingsley Coman, lequel s’installe sur l’aile droite.

Le changement se fait vite sentir. Ainsi positionnés, les Bleus semblent mieux quadriller le terrain. L’influence de Griezmann est également beaucoup plus nette. À la 57e minute de jeu, le Mâconnais égalise de la tête (photo ci-dessous), à la réception d’un centre tendu de Bacary Sagna (1-1).


Antoine Griezmann, déjà buteur contre l'Albanie au 1er tour, frappe une première fois pour l'égalisation des Bleus. (Photo Franck Fife/AFP).

Quatre minutes plus tard, il profite d’une déviation d’Olivier Giroud pour ajuster de près Randolph (2-1, 61e. "Grizi" est proche du triplé mais Shane Duffy le sèche, alors qu’il filait au but. L’Irlandais est exclu (66e), son équipe n’aura jamais plus l’occasion de revenir. Au contraire, André-Pierre Gignac, entré à la place de Giroud, aura deux occasions de corser l’addition (frappe sur la barre à la 77; reprise trop croisée à la 85e). 

L’essentiel est ailleurs : la France se qualifie pour les quarts de finale et a trouvé une formule qui la conduira jusqu’en finale de l’Euro. Et au sacre mondial, deux ans plus tard...

La fiche du match

Et de deux pour "Grizi". L'instinct de buteur du Mâconnais, proche de ses terres, et l'intelligence tactique de Didier Deschamps ont fait basculer ce 8e de finale. (Photo Valery Hache/AFP)