27 juin 1984 : sur le toit de l'Europe

27 juin 1984 : sur le toit de l'Europe

Equipe de France 1984.jpg

samedi 27 juin 2020 - 08:30 -

Le football français vit son premier jour de gloire grâce au titre de champion d'Europe 1984 conquis par les Bleus de Michel Hidalgo, vainqueurs (2-0) de l'Espagne en finale à Paris. Historique.

La France retient son souffle et semble déjà frémir de plaisir. Depuis le coup d'envoi du 7e championnat d'Europe organisé dans l'Hexagone, ses Bleus lui ont offert quatre succès en autant de rencontres, face au Danemark (1-0), à la Belgique (5-0), la Yougoslavie (3-2) et au Portugal (3-2). Ils lui ont aussi offert deux semaines haletantes et chargées de belles émotions qui lui font désormais croire au meilleur, pour le clou du spectacle.

En ce samedi 27 juin 1984, l’heure d’une première grande finale internationale a sonné pour l'Équipe de France. Seule l’Espagne peut encore l'empêcher de remporter "son" Euro et d’inaugurer un palmarès encore vierge de tout titre majeur depuis ses premières joutes internationales, en 1930. Il y a bien eu l'épopée suédoise de la Coupe du monde 1958, récompensée par une troisième place pour les Kopa, Fontaine et autres Piantoni. Il y a eu, surtout, le rêve brisé du Mondial 1982, en Espagne, cette demi-finale de Séville contre la RFA encore présente dans toutes les mémoires.

Ce souvenir transpire des derniers mots de la causerie de Michel Hidalgo, le sélectionneur, dans l'intimité du vestiaire : "Nous ne sommes encore rien, il nous faut créer, lutter jusqu'à l'épuisement, en toute humilité et sans suffisance. Nous devons gagner pour ce public et pour ces millions de gosses pour qui un tel match doit être joie et passion".

Le trophée Henri-Delaunay, du nom du père français du championnat d'Europe, est là, à portée de main, à quatre-vingt-dix minutes ou un peu plus. Platini et les siens le fixent intensément du regard au moment des hymnes dans un Parc des Princes comble et impatient d'être comblé.

Michel Platini. Le pays entier ne parle que de lui depuis le début de l’épreuve. La maestro français de la Juventus Turin tutoie tout simplement le génie avec huit buts en quatre rencontres, dont deux triplés contre la Belgique et la Yougoslavie. Quel exploit le capitaine des Bleus réserve-t-il aux supporters tricolores pour cet ultime rendez-vous ?

Et si c’était ce coup franc direct de la 57e minute à l’entrée de la surface espagnole, consécutif à une faute sur Bernard Lacombe ? Sa spécialité. Il tombe à pic dans cette finale tendue, serrée, sous pression depuis bientôt une heure de jeu. Le décor est en place, le mur espagnol aussi. Platini arme son célèbre tir brossé du pied droit (photo ci-dessus). Luis Arconada est sur la trajectoire, il va se saisir du ballon, trop peu appuyé. Mais celui-ci échappe des mains du gardien ibérique, glisse sous son vente et franchit la ligne de quelques centimètres (photo ci-dessous) ! Incroyable. L’Espagne met un genou à terre et mettra le second sur un contre victorieux de Bruno Bellone (2-0, 91e) en fin de match alors que les Bleus évoluent à dix après l'exclusion d'Yvon Le Roux (85e).

La France, en liesse, est championne d’Europe ! Elle inscrit son nom pour la première fois sur les tablettes du football international. Le 75e et dernier match de Michel Hidalgo, en poste depuis 1976, se transforme en triomphe historique. "Ce titre nous a éblouis", confiait encore l'ancien sélectionneur en 2016 dans les colonnes de Foot Mag, magazine de la FFF. Il dédie alors cette victoire à Fernand Sastre, président de la FFF pour quelques mois encore, mais aussi à Georges Boulogne, le directeur technique national, auquel le football tricolore doit le système de détection et de formation mis en place en 1970.

Avec 9 buts dans ce tournoi, Michel Platini remporte le Soulier d'or et établit un record que personne n'a approché depuis. Il sera aussi Ballon d'Or, pour la deuxième fois d'affilée, en fin d'année. Il est le guide magnifique de cette première génération dorée qui en appelle, on le pressent, déjà d'autres...

La fiche de la finale

La rétro du football français

Les vingt champions d'Europe

Gardiens de but : Joël Bats (AJ Auxere), Philippe Bergerôo (Toulouse FC), Albert Rust (FC Sochaux).

Défenseurs : Manuel Amoros (AS Monaco), Patrick Battiston (Girondins de Bordeaux), Maxime Bossis (FC Nantes), Jean-François Domergue (Toulouse FC), Yvon Le Roux (AS Monaco), Thierry Tusseau (Girondins de Bordeaux).

Milieux de terrain : Luis Fernandez (Paris SG), Jean-Marc Ferreri (AJ Auxerre), Bernard Genghini (AS Monaco), Alain Giresse (Girondins de Bordeaux), Michel Platini (Juventus Turin), Jean Tigana (Girondins de Bordeaux).

Attaquants : Bruno Bellone (AS Monaco), Daniel Bravo (AS Monaco), Bernard Lacombe (Girondins de Bordeaux), Dominique Rocheteau (Paris SG), Didier Six (FC Mulhouse).

Sélectionneur : Michel Hidalgo.