4 juillet 1982, Giresse parmi les grands

4 juillet 1982, Giresse parmi les grands

Web main_000_ARP4270405.jpg

samedi 4 juillet 2020 - 09:00 -

Au deuxième tour du Mondial 1982, Alain Giresse réalise contre l’Irlande du Nord une prestation de haut vol, qualifiant les Bleus pour la deuxième demi-finale de leur histoire.

Au deuxième tour du Mondial, le 4 juillet 1982 au stade Vicente-Calderon de Madrid, Alain Giresse (photo principale, lors du premier match contre l'Angleterre) va étaler toute sa classe devant 37 000 spectateurs, face à l’Irlande du Nord. Le maître à jouer des Girondins de Bordeaux est à un mois de ses 30 ans mais ne s’apprête à disputer que son dix-neuvième match en bleu. Celui qui va le révéler au monde entier.

Pour les Bleus, l’équation est simple : un nul leur suffit pour rejoindre leurs glorieux aînés de 1958, seule Équipe de France à s’être hissée en demi-finale d’un Mondial jusqu’alors. À l’époque, un doublé de Just Fontaine et des buts de Maryan Wisniewski et Roger Piantoni, sur trois passes décisives de Raymond Kopa, avaient permis aux Tricolores de se défaire de… l’Irlande du Nord (0-4).


Maryan Wisniewski fête son but dans les bras de Roger Piantoni, entre Jean Vincent et Just Fontaine (de dos), le 19 juin 1958 en quart de finale du Mondial en Suède – Photo AFP/Staff.

Les Bleus de 1982 connaissent bien un adversaire qu’ils ont battu en amical à Paris au mois de mars précédent (4-0). Mais ils se méfient d’une équipe parvenue à ce niveau grâce à une victoire surprise sur l’Espagne (1-0) et dans laquelle évolue un jeune prodige annoncé. À 17 ans et 41 jours, Norman Whiteside est devenu le plus jeune joueur de l'histoire à participer à une Coupe du monde, améliorant un record détenu par le triple champion du monde brésilien Pelé depuis 1958.

L’attaquant de Manchester United va pourtant rester impuissant face à la maîtrise française et un Giresse au-dessus du lot. Une demi-heure s’est écoulée lorsque le milieu bordelais a ouvert le score d’un tir croisé à ras de terre dans la surface, à la réception d’un centre en retrait de son capitaine Michel Platini (1-0, 33e). Dominique Rocheteau, à l'issue d'une percée solitaire de 50 m sur le flanc gauche, a doublé la mise (2-0, 46e) et, sur un tir après un double crochet à la limite de la surface de réparation (3-0, 68e), encore un peu plus rapproché les Bleus de la qualification.


Norman Whiteside coincé entre Alain Couriol et Manuel Amoros – Photo FIFA/Getty Images.

Mais les Nord-Irlandais n’ont pas abdiqué et y croient encore après la réduction du score de l’attaquant de Watford Gerry Armstrong (3-1, 75e). C’était sans compter sur un Giresse bien décidé à marquer cette rencontre de son empreinte. Ce sera chose faite cinq minutes plus tard, en reprenant aux 6 m dans l'axe un centre aérien de son partenaire bordelais Jean Tigana (4-1, 80e).

Avant de se lancer avec ses coéquipiers dans une franche rigolade car lui, le milieu de poche d’1,62 m, s’est imposé de la tête entre les solides défenseurs de Manchester United Chris Nicholl (1,85 m) et des Glasgow Rangers John McClelland (1,85 m), pour tromper le gardien d’Arsenal Pat Jennings (1,83 m).


En vedette de
Onze Mondial après la qualification pour les demi-finales de la Coupe du monde 1982.

Ayant inscrit lors de cette rencontre les premiers de ses six buts en Équipe de France, Alain Giresse marquera encore lors de la demi-finale perdue à Séville face à l’Allemagne (3-3, 5 tab 4). Il clôturera cette année 1982 en deuxième du Ballon d’or, dauphin du buteur et champion du monde italien Paolo Rossi.

La fiche technique


Michel Platini, Jean-Luc Ettori, Manuel Amoros, Maxime Bossis, Gérard Janvion, Marius Trésor, Jean Tigana, Alain Giresse, Dominique Rocheteau, Bernard Genghini et Gérard Soler (de gauche à droite) avant le match contre l’Irlande du Nord – Photo Archives FFF.

La rétro du football français