13 juillet 2013 : la vie commence à 20 ans

13 juillet 2013 : la vie commence à 20 ans

000_Par7614907.jpg

lundi 13 juillet 2020 - 08:30 -

Le 13 juillet 2013, à Istanbul, la sélection U20 dirigée par Pierre Mankowski battait l’Uruguay en finale de la Coupe du monde. Une première historique pour le football français.

Dimitri Foulquier place son ballon pour exécuter son tir au but. Il recule, fixe l’arbitre puis s’élance pour tromper De Amores d’un magnifique contre-pied. Ses coéquipiers, dans le rond central, explosent de joie et courent vers le latéral droit du Stade Rennais. Une vague bleue de bonheur déferle dans le stade Ali Sami Yen Arena d’Istanbul étouffant, sous les yeux des 20 000 spectateurs venus assister à l’épilogue du Mondial. La France est championne du monde U20 !

Une première étoile dans cette catégorie d’âge, là où la génération Griezmann et Lacazette avait échoué deux ans plus tôt avec Francis Smerecki, en Colombie, s’arrêtant aux portes de la finale et ramenant une quatrième place honorifique.


Le jour de gloire est arrivé pour les U20 de Pierre Mankowski, à jamais les premiers tricolores sacrés dans cette catégorie.- Photo Behrouz Mehri/AFP

Ce sacre mondial, les Bleuets l’ont acquis dans la douleur en finale face à une solide et rugueuse équipe uruguayenne. Résolue à défendre et à opérer en contre, la Celeste vérouille et cadenasse le moindre espace situé à moins de trente mètres de ses buts. Durant le temps réglementaire puis la prolongation. Émoussés physiquement, les partenaires du capitaine Paul Pogba ne trouvent jamais la clé et se retrouvent contraints et forcés de disputer la séance des tirs au but. Un exercice dans lequel Alphonse Areloa excelle.

Les Uruguayens s’en aperçoivent rapidement puisque le portier parisien détourne deux tirs au but sur trois, offrant ainsi à Dimitri Foulquier la possibilité d’envoyer ses coéquipiers au paradis. L’émotion des Bleuets est indescriptible, les larmes de bonheur coulent sur les joues des Umtiti, Digne, Zouma, Kondogbia ou Thauvin. "Il n'y a pas de mots pour décrire ce que nous ressentons, lâchera le capitaine Paul Pogba, élu meilleur joueur du tournoi par la FIFA. C'est quelque chose d'exceptionnel, un rêve qui devient réalité. Notre génération va rester dans l'histoire du football français et nous en sommes très fiers".


Un Alphonse Areola "explosif" a fait la différence lors de la séance des tirs au but.- Photo Behrouz Mehri/AFP

Le bonheur des hommes de Mankowski s’est construit dans la douleur lors de ce tournoi, passant par toutes les émotions durant leur parcours. La sérénité tout d’abord lors du match d’ouverture bien maîtrisé face au Ghana (3-1), le doute ensuite lors du deuxième match avec un partage des points inattendu contre les États-Unis (1-1) puis la peur après une défaite inquiétante face à l’Espagne (1-2).

Les observateurs n’accordaient guère de chance aux Bleuets avant leur 8e de finale face à la Turquie, dans le bouillonnant et hostile stade de Gaziantep. Et pourtant. Ce match servit de déclic aux coéquipiers de Yaya Sanogo, dominateurs dans tous les domaines et logiques vainqueurs de turcs surclassés. Ce succès chassa les doutes dans les têtes des Tricolores, qui ne font ensuite qu’une bouchée de l’Ouzbékistan (4-0) en quarts puis du Ghana, à nouveau, grâce à un doublé de Thauvin en demi-finale (2-0). "Nous nous étions donné rendez-vous le 13 juillet et nous sommes au rendez-vous, savoure Pierre Mankowski. Cette génération se devait d’écrire une ligne à son palmarès et elle y est parvenue. Je suis fier de mes joueurs et de l'image qu’ils ont donnée du football français. Ils ont été exemplaires sur le terrain, dans la vie. C'est une très belle victoire."

Une victoire également historique pour le football français puisque ce titre était le seul qui manquait à la France dans toutes les compétitions masculines, toutes catégories d’âge confondues.


Paul Pogba, capitaine de cette génération dorée, avait déjà été appelé quelques mois auparavant chez les Bleus par Didier Deschamps.- Photo Ozan Kose/AFP

Feuille de match

Le 13 juillet 2013, à Istanbul (Ali Sami Yen Arena)
Finale de la Coupe du monde de la FIFA U20 2013

France bat Uruguay : 0-0 (4-1 aux tab)

- Arbitre : Roberto Garcia (Mexique)
- Spectateurs : 20 601
- Avertissements: Pogba (61e), Veretout (93e) pour la France; Velazquez (34e), Cristoforo (77e) pour l'Uruguay

- Tirs au but réussis : Pogba, Veretout, Ngando, Foulquier pour la France ; Olaza pour l'Uruguay
- Tirs au but manqués : Velazquez, De Arrascoeta pour l'Uruguay

France : Areola - Foulquier, Sarr, Zouma, Digne puis Polomat (115e) - Pogba (cap.), Kondogbia, Veretout - Thauvin, Sanogo, Bahebeck puis Bosetti (64e) puis Ngando (112e). Sélectionneur : Pierre Mankowski

Uruguay : De Amores - Gimenez puis Varela (84e), Velazquez, Silva (cap.), Rodriguez puis Olaza (100e) - Pais, Cristoforo, Laxalt puis De Arrascaeta (71e), Acevedo - Lopez, Avenatti. Sélectionneur : Juan Verzeri

Debout (de gauche à droite) : Alphonse Areola (Paris SG), Yaya Sanogo (AJ Auxerre), Kurt Zouma (AS Saint-Étienne), Geoffrey Kondogbia (FC Séville), Sarr (Olympique Lyonnais, Jean-Christophe Bahebeck (ESTAC Troyes).
En bas : Jordan Veretout (FC Nantes), Florian Thauvin (Bastia SC), Dimitri Foulquier (Stade Rennais) Lucas Digne (LOSC Lille), Paul Pogba (cap., Juventus Turin). 

Le parcours des Bleuets

1er tour (groupe A)
France-Ghana :  3-1 (Istanbul)
France-USA : 1-1 (Istanbul)
Espagne-France : 2-1 (Istanbul)

8es de finale
France-Turquie : 4-1 (Gaziantep)

Quarts de finale  
France-Ouzbékistan : 4-0 (Rize)

Demi-finales
France-Ghana : 2-1 (Bursa)

Finale
France-Uruguay : 0-0 et 4 tab 1 (Istanbul)