Vincent Bordot : "On monte peu à peu"

Vincent Bordot : "On monte peu à peu"

Vincent Bordot

jeudi 19 novembre 2020 - 16:00 -

L'entraîneur du Red Star FC, deuxième du classement, évoque la saison de son équipe avant son match en retard au FC Sète vendredi soir. L'occasion pour les Franciliens de confirmer leur montée en régime et d'affirmer leurs ambitions de montée.

Deuxième du classement derrière le SC Bastia (25 points, 13 matches), le Red Star (18 points, 11 matches) va tenter de combler un peu de ses sept longueurs de déficit sur le leader corse à la faveur des matches en retard programmés vendredi soir. Le club de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), qui reste sur deux victoires, se déplace au FC Sète (11e, 14 points), invaincu chez lui.

Si leur début de championnat est apparu hésitant, les Audoniens semblent avoir désormais trouvé une allure plus conforme à leur ambition de montée en Ligue 2. Ils restent sur deux victoires à Bourg-en-Bresse (4-0) et contre le SC Lyon (1-0). Vincent Bordot, leur entraîneur depuis deux saisons, dresse un point d'étape avant la rencontre dans l'Hérault.
 

L'INTERVIEW

Comment jugez-vous votre saison jusqu'à présent ? Votre équipe semble avoir eu des difficultés au démarrage.

"Le début de saison a été conforme à mes attentes, bien qu'assez difficile, en effet. L'effectif a été renouvelé à 80 % et il a fallu un peu de temps pour que cela "prenne", que les nouveaux joueurs se mettent à la hauteur des ambitions du club. La plupart n'avaient jamais évolué dans des équipes jouant la montée et dans l'obligation d'enchaîner les victoires. C'est un état d'esprit à acquérir. Quelques journées ont été nécessaires pour que tout le monde se règle. On a réalisé une première bonne série fin septembre-début octobre avec trois succès (contre Concarneau, Laval et Créteil, ndlr) et un bon nul à Orléans. Le Covid a un peu perturbé cette bonne dynamique. Nous sommes restés trois semaines sans jouer et avons repris par une contre-performance à Saint-Brieuc (0-1). Mais le groupe a bien travaillé et nous restons sur deux victoires à Bourg-en-Bresse (4-0) et contre le SC Lyon (1-0). On monte progressivement en régime, l'équipe répond de mieux en mieux aux exigences du National. On pourrait avoir quelques points de plus mais je suis assez satisfait dans l'ensemble. Maintenant, il faut confirmer."

L'ambition d'une montée en Ligue 2 est clairement affichée ?

"Oui, l'objectif est de permettre au club de retrouver la Ligue 2, qu'il a quittée en 2019, et de le stabiliser à ce niveau. Cela passe par une grosse saison. Ce championnat National est exigeant sur la durée. Les équipes les plus constantes figureront en haut de tableau. Le Red Star est un club qui a une histoire, une identité, qui suscite toujours une vraie ferveur chez ses supporters. Il a sa place en Ligue 2. Derrière la montée, un travail autour d'un vrai projet de développement est mené.

Le recrutement récent de Cheikh Ndoye* témoigne de cette volonté de retrouver l'élite ?

"Cheikh est appelé à devenir un élément important du groupe. Bien qu'il soit resté une année sans jouer, on connaît ses qualités et son niveau. C'est un compétiteur, il a envie et faim de jouer. Il montre l'état d'esprit d'un jeune de 25 ans qui découvre le National, très attaché au collectif, c'est très agréable. Il va nous apporter son expérience sur le terrain et dans le vestiaire. Les jeunes ont beaucoup à appendre à son contact et à l'écouter, pour être demain de bons joueurs de Ligue 2 ou de Ligue 1."

Comment vivez-vous le contexte particulier lié à la crise sanitaire et ses effets sur le déroulement du championnat ?

"L'absence de public constitue évidemment une donnée contre-nature d'un match de football de compétition. Cela crée une atmosphère particulière. Mais on n'a pas le choix, il faut s'y faire. Nous avons été épargnés par le Covid mais trois de nos matches ont dû être remportés en raison de cas positifs chez nos adversaires. Il faut gérér des semaines sans match, ce n'est pas évident mais nous avons pris le parti de continuer à nous entraîner et à travailler comme si le match devait avoir lieu. Se plaindre ne sert pas à avancer. On trouve des solutions pour permettre aux garçons de garder le rythme, de rester bien physiquement. On s'adapte au mieux en essayant de positiver."      

La tendance de la saison commence à se dessiner. Bastia semble être un sérieux rival pour la montée ?

"On savait avant le début de la saison que Bastia jouerait la montée. C'est une belle équipe avec un bon effectif. Maintenant, avec le Covid, il est très difficile d'avoir une lecture précise des forces en présence. Le classement est toujours faussé par les matches en retard. Bastia est l'une des rares équipes à compter treize matches, d'autres en sont à neuf ou dix. Certains restent deux-trois semaines inactifs, puis disputent trois matches en une semaine, comme nous dernièrement, avec en plus la fatigue de deux déplacements. Pouvoir rester dans un rythme régulier représente un petit avantage. Il faut gérer tout ça, sans s'imaginer que des matches en retard sont forcément des matches gagnés à l'avance. Il faut les jouer d'abord. À nous d'être le mieux classés possible au moment où la situation s'éclaircira."

*Milieu de terrain sénégalais (34 ans), ancien capitaine d'Angers SCO finaliste de la Coupe de France 2017, arrivé début octobre au Red Star. Il a été champion du National en 2013 avec l'US Créteil-Lusitanos.

LES MATCHES DE VENDREDI SOIR

Stade Lavallois (8e, 16 pts) - US Boulogne CO (15e, 12 pts) : les Mayennais restent sur une série de six matches sans victoire (trois nuls, trois défaites) à laquelle il leur faut mettre fin pour rester au contact du haut du classement. Le bilan des Boulonnais n'est pas plus enthousiasmant avec sept journées vierges de succès (cinq nuls, deux défaites) qui les ont fait glisser à la 15e place (mais avec trois matches en moins).

SC Lyon (18e, 5 pts) - SO Cholet (4e, 18 pts) : pour ne plus être la seule équipe sans victoire et ne pas aggraver une situation déjà problématique, le SC Lyon doit l'emporter et engranger des points au plus vite. Mais les Rhodaniens accueillent des Choletais qui ont gagné quatre de leur cinq derniers matches et sont proches du podium.  

US Quevilly Rouen Métropole (10e, 15 pts) - Bourg-en-Bresse 01 (13e, 14 pts) : objectif rachat pour QRM battu deux fois de suite à Avranches et par Cholet chez lui la semaine passée. Anciens leaders, les Normands doivent renouer le fil de leurs bonnes performances. Irrégulier (un succès, une défaite, un nul pour ses trois dernières apparitions), Bourg sait parfois se montrer accrocheur.

FC Annecy (17e, 7 pts) - FC Villefranche (16e, 10 pts) : trois matches à domicile et autant de nuls pour les Hauts-Savoyards qui disputent ici la première de leurs quatre rencontres reportées. Leur besoin de points rejoint celui de leurs visiteurs caladois, confrontés à un problème d'efficacité offensive (5 buts marqués).

LE CLASSEMENT AVANT LES MATCHES EN RETARD

 

LE PROGRAMME DES MATCHES EN RETARD