Misez sur l’avenir

Misez sur l’avenir

Misez sur l’avenir

mercredi 2 octobre 2013 - 14:00 -

Dans le cadre d’une convention avec le Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire, et de la Vie associative, la FFF s’est engagée à financer 1 000 emplois d’avenir. Comment en recruter, ou à l’inverse, comment postuler ?

Le 26 mars dernier, Valérie Fourneyron, ministre des Sports, et Noël Le Graët, cosignaient une convention prévoyant la création de 1 000 emplois d’avenir dans les clubs, districts ou ligues. “Créer autant d’emplois, on ne l’a jamais fait, devait insister le président de la FFF devant l’Assemblée de fi n de saison, à Brest. Il y a tellement de jeunes auxquels nous pouvons rendre un service fou en leur donnant un boulot, en les formant ou en les faisant former. Cela mérite que l’on y travaille sérieusement.” Aujourd’hui, l’heure est à l’action : ces contrats, très avantageux pour leurs bénéficiaires, doivent être mis en place avant le 31 décembre 2014.

Qui pour quel contrat ?

Pour prétendre à un emploi d’avenir, vous devez :

  • Avoir entre 16 et 25 ans au moment de la signature du contrat et être peu ou pas qualifié (inférieur au niveau Bac).
  • Les travailleurs handicapés sont, eux, éligibles jusqu’à l’âge de 30 ans.
  • Si vous êtes domicilié en zone urbaine sensible (ZUS), en zone de revitalisation rurale (ZRR) ou en Outre-mer, vous pouvez accéder à un emploi d’avenir jusqu’au niveau Bac + 3.

Les emplois d’avenir permettent d’acquérir une véritable première expérience, tout en se formant à un métier. Sous forme d’un CDI ou d’un CDD de 3 ans à temps plein, ce type de contrat concerne prioritairement des missions d’appui et d’assistance aux éducateurs des clubs, mais également des postes dans l’accueil, la comptabilité, la sécurité, la maintenance, l’entretien des espaces verts ou encore la médiation. Ce dispositif comprend un volet formation obligatoire. L’Institut de Formation du Football (IFF) en dispense pour devenir éducateur (renseignez-vous auprès de votre ligue régionale). D’autres formations peuvent être envisagées (voir les DRDJC, Conseils régionaux).

Comment recruter ?

Employeurs, une fois votre projet de recrutement établi, vous devez contacter en priorité la mission locale (mission pour l’insertion professionnelle et sociale des jeunes, voir www.emploi.gouv.fr) de votre secteur où des interlocuteurs vous conseilleront et vous aideront à :

  • Construire une fiche de poste adaptée au dispositif.
  • Entrer en contact avec des candidats potentiels.
  • Vous orienter vers différents financements.


Après avoir retenu la candidature de votre choix, vous :

  • Remplirez une demande d’aide d’emploi d’avenir ainsi qu’un document de suivi et d’engagement, signés par le jeune recruté, la mission locale et vous-même.
  • Signerez, enfin, le contrat avec la personne sélectionnée.

Vous recevez alors une aide de l’État (75 % du salaire). La FFF s’engage, elle, à financer 100 euros par emploi créé et par mois pendant trois ans. Pour en bénéficier, rapprochez-vous de votre ligue régionale qui vous remettra un dossier de subvention. Enfin, vous pouvez également faire une demande d’aide auprès de vos collectivités (Conseil régional, Conseil général, municipalités, etc.).
Proposer un emploi d’avenir sous-tend le respect de quelques règles. Vous devez, en effet, être en mesure d’encadrer et d’intégrer le jeune grâce à la présence d’un tuteur et lui permettre d’accéder à des formations.

Comment postuler ?

Si vous respectez toutes les conditions requises précitées, rendez-vous dans l’agence Pôle Emploi, la mission locale ou le Cap emploi (travailleurs handicapés) le plus proche. Un conseiller vous y aide à définir votre projet et vous met en relation avec des employeurs proposant des postes. Si votre candidature est retenue, la mission locale prend le relais pour vous faire signer le document d’engagement et le contrat convoité. Tout au long de votre parcours, vous êtes suivi par un référent au sein de votre mission locale. Il vous accompagne pour construire votre projet professionnel et vous aider à résoudre vos difficultés éventuelles.

Et après ?

Plusieurs mois avant l’échéance du contrat, un bilan est réalisé pour préparer la sortie. Trois solutions s’offrent alors au jeune travailleur en fonction de sa situation : rester chez l’employeur, changer d’emploi grâce à la valorisation des compétences acquises ou reprendre une formation. Les compétences acquises pendant l’emploi d’avenir seront reconnues par une attestation d’expérience professionnelle. Celle-ci pourra notamment permettre au jeune d’accéder à la validation des acquis de l’expérience ou à une certification.

Durant un an à compter du terme de votre contrat, l’“employé d’avenir” bénéficiera, chez son employeur, d’une préférence à l’embauche et sera informé de tout emploi disponible et compatible avec sa qualification et ses compétences.

*Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport.

(photo : AFP PHOTO PHILIPPE MERLE)