Matuidi : "L'union sacrée"

Matuidi : "L'union sacrée"

Matuidi : "Il faut prôner l'union sacrée"

lundi 11 novembre 2013 - 19:45 -

Blaise Matuidi était en conférence de presse lundi à Clairefontaine avec quatre de ses coéquipiers. Découvrez les propos du milieu de terrain international du Paris SG avant Ukraine-France.

Blaise, comment abordez-vous ce rendez-vous crucial pour le footbal français ?
"Ce sont les deux matches les plus importants de l'année à disputer. La différence par rapport à d'autres matches de qualification de Ligue des champions, ceux-ci doivent conduire au Mondial 2014. C'est autre chose de représenter l'équipe nationale. Il faudra bien les négocier. Mais la préparation ne changera pas. On est conscient qu'il y a une qualfication pour le Brésil au bout. On a besoin de préparer cette double confrontation sereinement, pour être vraiment concentré sur les moindres détails. C'est un match qui peut se jouer sur des détails. La concentration viendra d'elle-même, on sera à 100% c'est sûr. On a tous envie d'aller au Mondial, de bien y figurer."

Ramener un 0-0 serait-il un bon résultat ?
"Je préfère la victoire, on joue pour gagner. S'il y a 0-0 on prendra et on essaiera de gagner chez nous, mais on va à Kiev pour gagner, comme à chaque fois. Si on ne gagne pas, il faudra au moins ne pas perdre."

L'Ukraine va imposer un gros défi physique, y êtes vous préparé ?
"Tout le monde, les 24 joueurs, nous sommes tous prêts au défi physique, face à une équipe très performante également sur le plan technique. Ils ont notamment un bon joueur (Yarmolenko) que j'ai affronté (avec le Paris SG contre le Dynamo Kiev en C1 la saison dernière), qui est en pleine confiance. Ils sont aussi très techniques."

Franck Ribéry est-il l'homme-clé des Bleus ?
"C'est un des meilleurs joueurs au monde, si ce n'est le meilleur cette année. On compte effectivement sur lui pour faire la différence."

Face à un match d'un tel enjeu, avez-vous un match référence sur lequel vous appuyer ?
"Il y a un mois on était dans le dur, mais on a répondu présent (menés 1-0 contre la Biélorussie, puis 2-1 les Bleus ont finalement gagné 4-2) Ce n'est pas forcément un match référence, mais un sur lequel on peut s'appuyer. Tout comme celui en Espagne (1-1)."

Espérez-vous un grand soutien du public au Stade de France, au retour le mardi 19 novembre ?
"Il faut prôner l'union sacrée. On a tous besoin de cette qualification. Un Mondial ça n'arrive pas tous les jours, qui plus est au Brésil. C'est un rêve qui n'arrive qu'une fois. J'espère qu'on va bien négocier le match aller et qu'au retour tout le peuple français va nous aider à nous qualifier."

Avez-vous un souvenir de l'élimination de 1993 (après la défaite contre la Bulgarie 2-1) ?
"J'ai vu quelques images... Mais je n'y pense pas une seule seconde. On va tout faire pour aller au Brésil."

(Photo : Franck Fife / AFP)