5 juillet 1968, en rouge et vert

5 juillet 1968, en rouge et vert

Web main_FFF009000318_0177.jpg

dimanche 5 juillet 2020 - 09:00 -

Un demi-siècle avant le covid-19, le déroulement normal du championnat de France a aussi été perturbé. Pour bien d’autres raisons…

En ce début d’été 1968, le championnat de France de Division Nationale (le nom alors de l’actuelle Ligue 1) connaît un épilogue tardif, une première dans son histoire. La 38e et dernière journée, initialement prévue le 16 juin, s’est finalement déroulée trois semaines plus tard, le 5 juillet, sacrant officiellement l’AS Saint-Étienne.

Entretemps, le football hexagonal a été rattrapé par un mouvement de protestation étudiante puis sociale lancé le 2 mai et qui a peu à peu paralysé la France, à coups de grèves et manifestations menées par les "Rouges" selon la terminologie de l’époque, couleur symbolisant le mouvement ouvrier et les luttes sociales depuis le 19e siècle.

Pas de coupe pour la Coupe

Les compétitions se sont d'abord poursuivies, menant notamment la 51e Coupe de France jusqu’à son terme le 12 mai au stade olympique Yves-du-Manoir de Colombes. Devant près de 34 000 spectateurs, les Verts de Saint-Étienne ont enlevé face aux Girondins de Bordeaux leur deuxième trophée Charles-Simon, grâce à un doublé de leur international Rachid Mekhloufi (2-1).


Rachid Mekhloufi inscrit sur penalty le but donnant la victoire à Saint-Étienne en finale de la Coupe de France – Photo Archives FFF.

Mais, notamment faute de transports, le championnat a dû s’interrompre dix jours plus tard, après trois matches avancés de la 34e journée dont un nul entre l’ASSE, déjà assurée du titre, chez le FC Metz (1-1). Le même jour à 8h00, le siège de la FFF au 60, avenue d’Iéna à Paris 16e a été investi par un « Comité d'action des footballeurs » regroupant quelques dizaines de personnes, réclamant notamment le « football aux footballeurs ! » (photo principale). Ils se sont barricadés dans le bâtiment et ont retenu quelques heures plusieurs employés, dont le secrétaire général de la Fédération Pierre Delaunay et le futur sélectionneur national Georges Boulogne (de décembre 1968 à mai 1973).

Décalages et réformes

Après cinq jours d’occupation, le siège fédéral a été libéré grâce notamment à la médiation de Fernand Sastre, alors secrétaire de la Coupe de France. Le championnat a repris le 12 juin pour s’achever le 5 juillet et valider le quatrième titre de l’ASSE, son deuxième consécutif. La compétition s’est néanmoins étirée jusqu’au 19 juillet, date des barrages d’accession/relégation. Et ce report impromptu a imposé un aménagement du calendrier de la saison d'après, le championnat suivant ne redémarrant que le 3 septembre.

Red Star FC-AS Saint-Étienne le 28 janvier 1968 au stade de Saint-Ouen pour le compte de la 28e journée du championnat de France de Division Nationale, conclu sur un nul (1-1) – Photo AFP.

Cette parenthèse a aussi débouché sur une profonde refonte de la gouvernance du football français. Depuis deux ans, Fernand Sastre et Jacques Georges, alors président de la Ligue Lorraine, dirigeaient une commission chargée de faire évoluer les statuts de la Fédération. L’Assemblée fédérale de décembre 1968 va adopter leur projet et porter Jacques Georges à la présidence, Fernand Sastre devenant secrétaire général. Une réforme du contrat du joueur professionnel verra le jour l’année suivante et les nouveaux statuts perdureront jusqu’en 2011, lorsqu’ils seront rénovés sous l’impulsion de l’actuel président de la FFF Noël Le Graët.


Des relations pacifiées en 1972 entre la FFF et l'Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP), représentés (de gauche à droite) par Jacques Bertrand (conseiller délégué du syndicat), Fernand Sastre (devenu président de la FFF), Philippe Piat et Paul Orsatti (président et trésorier de l’UNFP) – Photo Archives FFF..

La rétro du football français

Les champions de France 1967-1968

Gardien : Georges Carnus* (38 matches).
Défenseurs : Bernard Bosquier* (38 m), Francis Camerini (8 m), Vladimir Durkovic* (34 m), Roland Mitoraj* (37 m, 4 buts), José Pelletier (2 m), Georges Polny* (36 m).
Milieux : Georges Bereta* (36 m, 6 b), Gérard Farison (1 m), Robert Herbin* (26 m, 3 b), Aimé Jacquet* (35 m, 3 b), Jean-Michel Larqué (21 m, 5 b), Patrick Parizon (1 m).
Attaquants : André Fefeu* (27 m, 10 b), Salif Keita (18 m, 12 b), Rachid Mekhloufi* (30 m, 7 b), Frédéric N’Doumbé (11 m), Hervé Revelli* (32 m, 23 b).
Entraîneur : Albert Batteux*.


Photo Poster officiel ASSE.

* Vainqueurs de la Coupe de France 1968.