Coup de froid contre le Danemark (0-1)

Coup de froid contre le Danemark (0-1)

000_1F1208.jpg

dimanche 24 mars 2019 - 22:30 -

Les Bleuets se sont inclinés (1-0) contre le Danemark, dimanche soir à Brest, en match de préparation à l'Euro 2019.

Pour son dernier match de préparation avant la révélation de la liste des joueurs retenus pour l'Euro 2019 (du 16 au 30 juin en Italie et à Saint-Marin), l'Équipe de France Espoirs a concédé une défaite face au Danemark, dimanche 24 mars au stade Francis-Le-Blé de Brest (Finistère). Ce faux-pas met fin à une série de huit rencontres sans revers (trois succès, cinq nuls) pour les Bleuets, qui se retrouveront désormais les 3 et 11 juin prochain pour deux matches amicaux contre la Belgique et en Autriche.

Quatre jours après être parvenus à arracher un résultat nul (2-2) en Allemagne, alors qu'ils étaient menés 2 à 0, les joueurs de Sylvain Ripoll ont buté sur une équipe danoise bien organisée et sans cesse dangereuse en contre. Le sélectionneur avait procédé à huit changements par rapport à l'équipe alignée à Essen, jeudi dernier. 

Si les coéquipiers de Lucas Tousart ont dominé la première période, ils n'ont pas su concrétiser leurs opportunités, à l'image de Jeff Reine-Adélaïde (photo ci-dessus), dont la reprise instantanée sur un centre de Maxime Lopez a heurté la barre transversale (7e). 

Les Scandinaves ont fait la différence en début de seconde période sur un corner frappé de la gauche par leur capitaine Mathias Jensen, repris victorieusement de la tête au second poteau par Oliver Abildgaard (0-1, 47e). Nettement moins inspirés après le repos, les Tricolores ont eu l'occasion d'égaliser dans les dernières minutes mais ont échoué sur le gardien danois, Daniel Iversen.

La fiche technique

 

La réaction de Sylvain Ripoll (sélectionneur)

"Nous sommes tombés sur une bonne équipe danoise, très habile avec le ballon, très mobile. On a manqué de justesse en première période, puis on a perdu le fil en seconde, où on est tombé dans un non-rythme. Nous ne sommes jamais parvenus à les déstabiliser, sauf sur la fin. J'ai senti de la fatigue, quatre jours après le match en Allemagne. C'est un bon avertissement pour la suite."